Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Catégories : La peinture

    MARYNA PASTELS & AQUARELLES


    De nationalité Ukrainienne et d'origine Russe, née sur les bords de la Mer Noire,
    j'ai été, très jeune, bercée dans un climat artistique.

    Expatriée en France depuis 1998 et imprégnée de cultures slaves et orthodoxes; par l'intermédiaire
    des pastels et des pinceaux, je m'ouvre à d'autres horizons...

    Avide de nouveaux mondes et de nouveaux visages, je tente de représenter les émotions émanant
    d'autres pays.

    Par ailleurs, sensible à la beauté du corps, j'essaye d'exprimer à travers quelques dessins les émotions ressenties.

    Je vous invite donc à découvrir le monde tel que je le ressens et tel que je l'imagine...

    Très bon voyage à toutes et tous.

     

    1c6ad83c9c36d309bb36c543d38dd03b.jpgVoilage sanguine
    24X31-100g/m²

    http://perso.orange.fr/marynapastels/GALERIE%201.html

  • Catégories : Lyon(Rhône,69:études,travail)

    L’été en pente douce sur les berges du Rhône

    Mise à jour : 17/07/2007

    Passer l'été à Lyon en famille ou rentrer un peu plus tôt pour ceux qui y vivent n'a jamais été aussi agréable et prometteur que depuis que les Berges du Rhône ont été aménagées. A pied, à vélo, en transat, en skate ou en rollers, Lyon, c'est le bonheur !

    A Paris, on est très fier de Paris Plage en bord de Seine un mois par an, quand la nature est volée aux voitures et rendue aux piétons. Eh bien à Lyon, c'est toute l'année que les promeneurs profitent des Berges du Rhône, sans le moindre engin à moteur à l'horizon.

     

    Il y avait déjà les quais de Saône, les restaurants et l'incomparable lumière toscane qui joue sur les façades, il y a désormais, depuis le printemps 2007, les Berges du Rhône et leurs 23 000 m2 d'espaces verts et d'arbres plantés en ruban, une voie verte qui prend sa source à Gerland et court jusqu'au parc de la Tête d'Or et inversement.


    C'est un paradis pour les piétons, les poussettes, les enfants en bas âge, les personnes à mobilité réduite, les ados remuants et même les animaux pourvu qu'ils soient tenus en laisse. Les berges s'articulent en plusieurs zones entre les différents ponts de Lyon.

     

    Vélo'V sur les Berges du Rhône - Photo Grand Lyon

    Les rives habitées et les îles jardin entre le Pont Morand et le Pont Lafayette ; la longue prairie qui s'étend sur 6 000 m2 jusqu'au pont Wilson ; les terrasses en gradins de la Guillotière jusqu'au pont éponyme ; l'estacade nautique le long de la piscine jusqu'au pont de l'Université et le port et ses aires de pique-nique qui s'étirent jusqu'au pont Galliéni.

     

    On s'installe sur des transats, les étudiants révisent leurs examens, des espaces sont réservés pour les jeux de volley, de badminton et de mini-foot. On boit un verre à la terrasse de l'une des huit péniches d'activités (restaurants, pubs,

    café-théâtre et discothèques), installées à quai et les Vélo'v, les vélos de ville à louer qui ont investi la cité en pionniers et servent d'exemple aux autres capitales européennes, évoluent en bonne intelligence avec tout

    le monde.

     

    Sachant toutefois que sur les berges, les piétons sont rois et toujours prioritaires et que c'est le code de la route qui fait la loi. Une excellente habitude à prendre pour bien vivre ensemble.

     

    Pratique

    L'aménagement des Berges du Rhône s'étire sur 5 kilomètres entre le Parc de la Tête d'Or et celui de Gerland sur la rive gauche du Rhône.

     

    La péniche des Berges du Rhône, lieu d'information et d'exposition du projet des berges du Rhône est stationnée entre le pont Lafayette et le pont Wilson. Elle est ouverte les mercredis et jeudis de 14h à 18h.

    grandlyon.com

     

    A découvrir

    La nouvelle exposition consacrée aux derniers équipements des berges et à la végétation du site.

    Tél. : 04 78 71 08 54 

    berges2006@glyon.org

     

    Les stations Vélo'V

    Il y a actuellement une flotte de 3 000 vélos à Lyon, répartis sur 250 stations distantes entre elles de 300 mètres et moins de 5 minutes à pied. Il y en aura 1/3 de plus, c'est à dire 4 000 dés la fin de l'année 2007. Les 30 premières minutes sont gratuites et l'heure suivante est à 1 €. Les cartes bancaires étrangères sont désormais acceptées.

    velov.grandlyon.com

  • Catégories : La télévision

    Samedi 1er septembre 2007, 20h55, France 2: Ford Boyard, la dernière de l'année

    9d86bec0c23f4a34a4c400c8c2433557.jpg

    L’équipe de "Plus belle la vie" à l’assaut du fort

  • Catégories : L'actualité

    L'armée de l'air pleure Caroline Aigle, sa légende

    54993ff58a7ff3dbe0f9369bded2949b.jpg
    Une semaine après la brusque disparition de Caroline Aigle, plus de 800 personnnes, civils ou militaires, proches ou anonymes, ont écrit leur tristesse sur le blog créé par l'armée de l'air.
    AFP.
    CYRILLE LOUIS.
     Publié le 30 août 2007
    Actualisé le 30 août 2007 : 07h41

    Celle qui fut la première femme pilote de chasse vient d'être emportée par une maladie foudroyante à l'âge de 32 ans.

    SUR LE BLOG spécialement créé par le Service d'information et de relations publiques de l'armée de l'air, l'afflux de messages ne tarit pas. En une semaine, plus de 800 personnes, civils ou militaires, proches ou anonymes, y ont écrit leur tristesse, après la brusque disparition, le 21 août dernier, du commandant Caroline Aigle. Le 28 mai 1999, elle fut la première femme à devenir de pilote de combat dans l'armée de l'air française. Huit ans plus tard, une incroyable vague d'émotion parcourt le monde de l'aéronautique militaire et, au-delà, se propage sur la Toile où beaucoup, à l'instar d'Antoine, souhaitent aujourd'hui « bon vol à Caroline ».
    Du jeune commandant Aigle, tout ou presque a été écrit au printemps 1999 lorsque, âgée de 24 ans, elle a reçu son brevet de pilote de chasse des mains du chef d'état-major de l'armée de l'air. À l'époque, la presse se passionne pour l'itinéraire de cette blonde, menue, au regard clair, issue de Polytechnique et formée à l'École de l'air de Salon-de-Provence. On apprend alors que cette native de Montauban est fille de médecin, fan de plongée sous-marine et de parachutisme, mais aussi qu'elle a été sacrée championne du monde militaire de triathlon par équipe deux ans plus tôt. Devant les journalistes, elle paraît réservée mais se plie de bonne grâce au jeu des questions pour balayer toute controverse, lâchant : « Je n'ai pas de problème en temps que femme ; dans ce domaine ce sont les capacités qui sont reconnues. »
    Retournée au relatif anonymat des bases aériennes, Caroline Aigle poursuit ensuite un cursus classique, affectée comme pilote de Mirage 2000 à Dijon avant de prendre le commandement d'un escadron puis de rejoindre, en septembre 2006, la division « Sécurité des vols » au commandement des forces aériennes à Metz. « De toute évidence, elle avait en main toutes les cartes pour faire une très belle carrière », relève un officier.
    «Sa motivation chevillée au corps»
    Au coeur de l'été, une brusque maladie a stoppé net son ascension pour la ravir à son mari, aujourd'hui pilote au sein de la patrouille Breitling, ainsi qu'à ses deux fils, dont le plus jeune venait tout juste d'arriver au monde.
    Bouleversés, chaleureux ou admiratifs, de nombreux témoignages postés sur Internet traduisent depuis lors l'élan de sympathie peu commun que Caroline Aigle avait suscité dans l'opinion - sans paraître l'avoir jamais cherché. L'une des onze femmes volant sur avion de chasse que compte aujourd'hui l'armée de l'air écrit : « J'étais toute petite lorsque j'ai entendu parler de vous en»2000* et j'étais déjà subjuguée par votre parcours. Maintenant que je fais partie de cette grande famille et je suis profondément touchée par votre disparition. » Lors de ses obsèques religieuses, le lieutenant-colonel Gilles Bertrand, qui fut son chef d'escadrille, a résumé le sentiment de ses pairs : « La communauté des gens de l'air s'incline très respectueusement devant toi, qui rentre aujourd'hui dans la légende. »
    Outre ceux des pilotes et autres anciens du lycée du Prytanée de La Flèche, où elle fut élève, le blog regorge de témoignages plus personnels tel celui d'une jeune femme anonyme qui se rappelle : « J'avais correspondu quelque temps avec elle pour qu'elle me fasse partager le rêve qui est le mien et qu'elle avait réalisé. Elle était très abordable. » Alex, lui, s'attriste : « Je pense surtout à ses enfants et à son conjoint, qui devront continuer leur route sans elle, et je leur souhaite beaucoup de courage. »
    Comme de nombreux militaires, le général Stéphane Abrial, chef d'état-major de l'armée de l'air, était présent lundi à ses obsèques à Dijon, afin de « témoigner notre reconnaissance collective à cette femme exceptionnelle par sa force, sa motivation chevillée au corps, son charisme et son rayonnement ».

    Lire la suite

  • Catégories : La langue (française)/ les langues

    « Blogueur » et « géolocalisation » font leur entrée dans le dictionnaire

    190a36a44f644665e80e11135e2df224.jpgLes nouvelles éditions du Petit Larousse et du Petit Robert intègrent, cette année, beaucoup de nouveaux mots liés aux nouvelles technologies.

    Hélène Puel , 01net., le 30/08/2007 à 17h15

    « Mais non, je n'ai pas transféré les podcasts de ton blog sur mon iPod ! » Cette phrase est-elle bien française ? La réponse est oui, et vous pourrez l'employer sans faire rougir un agrégé de lettres. Le terme podcast, « de Ipod et de l'anglais broadcast, émission », figure dans la dernière édition du Petit Larousse illustré. Quant à blog, il avait déjà fait son apparition dans Le Petit Robert l'année dernière.

    Comme tous les ans, les équipes des dictionnaires ont sélectionné des dizaines de nouveaux mots ou locutions dont la présence a été jugée nécessaire dans leurs pages. Une centaine d'entre eux font ainsi leur apparition dans le millésime 2008 du Petit Larousse. Quelques-uns concernent les nouvelles technologies, comme blogueur, rétroéclairage ou encore géolocalisation.

    Quant à la nouvelle édition du Petit Robert, elle accueille 472 nouveaux mots ou nuances de sens, et n'est pas en reste dans le domaine de l'informatique. Pêle-mêle s'y trouvent : antipiratage, infobulle, podcaster, joystick ou encore mobinaute pour « un internaute qui utilise des terminaux mobiles pour accéder à Internet ».

    Nouvelles définitions adaptées à la high-tech

    Certains mots usuels des dictionnaires s'enrichissent, eux, d'une définition high-tech. C'est le cas de format, qui peut aussi aujourd'hui se comprendre comme une « structure de la couche magnétique d'un support de données permettant le stockage et l'organisation des informations. Définir le format d'une disquette ». Idem pour bannière, un « espace publicitaire sur une page Web renvoyant vers le site de l'annonceur ».

    « Un mot entre dans le dictionnaire quand il correspond à une réalité sociale nouvelle ou appartient au langage courant, explique un porte-parole des dictionnaires Le Robert. Notre service documentation épluche les médias, Internet et transmet les néologismes ou nouveaux sens à nos lexicographes. Réunis en comité, ce sont eux qui définissent, parmi les 60 000 mots étudiés chaque année, ceux qui entreront dans le dictionnaire. »

    Petit test : selon vous, quel mot correspond à la définition « effectuer des opérations de traitement, d'échange et de stockage d'informations sans recours au support papier, ces opérations conservant toute leur valeur juridique »  ? Dématérialiser, selon Le Petit Larousse illustré 2008.

    http://www.01net.com/editorial/357394/-blogueur-et-geolocalisation-font-leur-entree-dans-le-dictionnaire/

     

  • Catégories : L'actualité

    Messmer, le légionnaire du gaullisme

    b9c993cfcb4ebc81c1d00cae26f338ad.jpg
    Depuis 1989, il s'était éloigné du devant de la scène politique. Il s'était alors tourné vers son propre passé, rédigeant un ouvrage de souvenirs, Après tant de batailles.
    Archambault/Figaro.
    PIERRE PELLISSIER.
     Publié le 30 août 2007
    Actualisé le 30 août 2007 : 07h28

    Premier ministre de 1972 à 1974, Pierre Messmer, mort hier à 91 ans, était un gaulliste de la première heure, une figure de la France libre et un des plus ardents défenseurs de l'oeuvre du fondateur de la Ve République.

    IL AVAIT eu un parcours politique hors du commun. Peut-être parce qu'il n'était pas vraiment un homme du sérail et qu'il n'a jamais eu envie de se glisser dans le moule commun et réducteur. Peut-être parce que les circonstances et plus encore les hommes, naturellement poussés aux simplifications, l'avaient habillé d'une autre réputation, celle de l'éternel baroudeur. Pour beaucoup, chez les uns par dérision ou provocation, chez les autres par admiration, Pierre Messmer n'était donc que le « légionnaire » ; évidente injustice consistant à privilégier un seul aspect des carrières d'un homme qui avait su tenir son rang en bien d'autres circonstances.
    Car Pierre Messmer, aux apparences monolithiques, était multiple et complexe. Peut-être même secrètement amusé de ce portrait de lui frisant la caricature, mais qu'il assumait pourtant, avec une lueur égayée au fond d'un regard bleu qui n'était glacial que pour ceux qui se laissaient intimider.
    Avant de surgir, très tardivement, sur le devant de la scène, Pierre Messmer s'était effectivement distingué dans d'autres domaines, là où il fallait allier le courage physique et la finesse politique. Cela s'apprenait sans doute dans une école depuis longtemps disparue : l'École nationale de la France d'outre-mer, dont il était sorti en 1937, ayant également en poche un doctorat en droit et le diplôme de l'École des langues orientales et, en théorie, une belle carrière devant lui.
    L'épreuve du feu
    En fait, il est encore un jeune sous-lieutenant du contingent au 12e régiment des tirailleurs sénégalais quand éclate la guerre. Et ce sera, dès juin 1940, son passage à Londres et son engagement dans les Forces françaises libres. Le voici entrant dans la légende sans encore le savoir : il est affecté à la 13e demi-brigade de Légion étrangère (13e DBLE).
    Chef de section, puis commandant de compagnie, il est engagé en 1940 dans les expéditions de Dakar puis du Gabon ; en 1941, il fait campagne en Érythrée puis en Syrie ; en 1942 et 1943, c'est la Libye avec Bir Hakeim et El Alamein, deux des plus glorieux combats de la France Libre, puis suit la Tunisie. Après la libération de Paris, aux côtés de la 2e DB, après la campagne de France et la conquête de l'Allemagne, de nouveau avec la 13e DBLE, Pierre Messmer aurait pu, comme tant d'autres compagnons de la Libération, rentrer dans le rang.
    Il n'en est rien ; il va continuer de servir la France, sous un autre uniforme. Son passage à la tête de la mission française à Calcutta est éphémère : en 1945, il reçoit une mission hors du commun, accepte d'être parachuté au Tonkin où il tombe entre les mains du Viêt-minh, s'échappe et rejoint la mission française à Hanoï. Enfin démobilisé, il devient secrétaire général du comité interministériel pour l'Indochine puis, en 1947 et 1948, directeur du cabinet du haut-commissaire de France en Indochine.
    L'Africain
    Une série d'affectations lui permet ensuite de découvrir l'Afrique et de s'imprégner des mentalités et des cultures de ces pays qui, un jour, se sépareront de la France, mais avec lesquels il conservera personnellement des liens privilégiés ; parce que les futurs chefs d'État savent qu'il les a compris, même s'il connaît leurs défauts et les dérives menaçant les anciennes colonies. Le voici commandant du cercle d'Atar (1950-1951) puis gouverneur de la Mauritanie (1952-1954), gouverneur de la Côte d'Ivoire (1954-1956), haut-commissaire au Cameroun (1956-1958) puis en Afrique équatoriale française (1958), enfin haut-commissaire général en Afrique occidentale française (1958-1959). Mais, chemin faisant, il est passé par un cabinet ministériel en 1956, à la France d'outre-mer, dont Gaston Defferre est le ministre. Et là, Pierre Messmer travaille sur une loi-cadre préparant l'évolution de l'Afrique française. Une évolution qui prendra un autre tour avec la naissance, en mai 1958, de la Ve République.
    L'avènement de la Ve République change totalement le cours de sa carrière : on va oublier « l'Africain » pour retrouver « le légionnaire » : il devient ministre des Armées le 6 février 1960, fonction qu'il conservera, d'un gouvernement à l'autre, jusqu'à une autre secousse, celle de Mai 68... qui en fera le député de la Moselle ! Député certes, mais avec une carrière ministérielle à reprendre : les DOM-TOM de 1971 à 1972, avant l'Hôtel Matignon.
    Pierre Messmer - qui, comme beaucoup de gaullistes intransigeants, avait redouté que Jacques Chaban-Delmas et sa « nouvelle société » ne dérapent quelque peu - allait en effet succéder à celui dont tous se méfiaient : Chaban éliminé, c'est Messmer que Georges Pompidou fait monter en première ligne.
    Non à l'Élysée
    Ses amis en viendront très vite à regretter qu'il se connaisse si bien, qu'il mesure ses propres limites, que l'ambition ne l'égare jamais : à la mort de Georges Pompidou, il faut faire bloc pour sauver l'Élysée qui menace d'échapper à la famille gaulliste ; car déjà pointe un certain François Mitterrand. Et il y a beaucoup trop de monde, dans l'autre camp, pour rêver à la succession de Pompidou ; Chaban-Delmas par exemple, ou Valéry Giscard d'Estaing, qui propose son retrait aux gaullistes si tout le monde s'accorde sur un candidat unique, sous-entendu pour barrer la route à Chaban. Et les gaullistes pensent à Pierre Messmer. Il les écoute et refuse ; ils insistent, mais il ne fléchit pas ; ils le harcèlent, mais il ne dira jamais oui. Chaban sera candidat, comme Giscard, comme Mitterrand... Au second tour, Giscard l'emporte sur Mitterrand. Et curieusement, Pierre Messmer ne redeviendra jamais plus ministre.
    L'homme de l'Est se replie sur la Lorraine. Il est heureux d'être député de Moselle depuis 1968, maire de Sarrebourg depuis 1971, président du conseil régional de 1978 à 1980. Il ne quitte pourtant pas la scène politique ; il reste un homme d'influence peu habitué à cacher ses sentiments, ce qui fâche peut-être les amis de Valéry Giscard d'Estaing lorsqu'il annonce, en 1981, que sept ans, ça suffit, et que Giscard a tort de briguer un second mandat. Les insuffisances de la politique sociale et, plus encore, les échecs africains de Giscard sont pour beaucoup dans ce choix. Ceux qui le voyaient se rallier à Debré contre Mitterrand seront également déçus : pour Messmer, le seul candidat méritant d'être soutenu par les gaullistes de tradition s'appelle Jacques Chirac... Il devient donc son directeur de campagne, au PC de la rue de Tilsitt. Et Chirac, plus tard, lui confiera encore une mission : tenir en main le groupe parlementaire RPR du Palais Bourbon.
    Avec une autre présidentielle perdue, en 1988, au terme des deux années de cohabitation, puis avec les législatives également perdues dans la foulée, l'effet boule de neige existant aussi en politique, les contrecoups sont cruels pour Pierre Messmer : en juin 1988, il perd son mandat de député ; l'année suivante, il renonce à défendre sa mairie de Sarrebourg : « Si j'étais élu, j'aurais 79 ans en fin de mandat. Il faut parfois se déterminer par rapport à soi-même. C'est la sagesse qui le veut. »
    Discrète éminence grise
    Et sagement, il s'était éloigné. En apparence tout au moins, car il avait toujours ses contacts politiques, toujours ses relations africaines. Avec un fond de tristesse qui ne le quittait jamais plus depuis le décès de son épouse, qui avait tant étonné les journalistes, à l'arrivée de Pierre Messmer à l'Hôtel Matignon, en leur déclarant tout de go : « N'est-ce pas qu'il est beau mon légionnaire... »
    Il était donc devenu une discrète éminence grise pour satisfaire le présent et même l'avenir. Il s'était aussi tourné vers son propre passé, rédigeant un ouvrage de souvenirs, Après tant de batailles, (Albin Michel), ouvrage qui lui avait valu d'être primé par l'Association des écrivains combattants.
    Ce sont aussi ses états de service militaires qui allaient lui permettre d'être élu à l'Académie française en 1999, au fauteuil d'un autre gaulliste historique, Maurice Schumann. Également membre de l'Académie des sciences morales et politiques, puis chancelier de l'Institut de France, Pierre Messmer était, depuis longtemps, devenu l'un des gardiens du temple gaulliste : président de l'Institut Charles-de-Gaulle, puis de la Fondation Charles-de-Gaulle, il avait succédé au général de Boissieu, gendre du général de Gaulle, comme chancelier de l'ordre de la Libération, qui est le véritable sanctuaire du gaullisme.
  • Catégories : Le Maroc:vie et travail

    Des diplomates britanniques quittent leur ambassade à Rabat (capitale du Maroc)pour nettoyer une plage

    AFP - Samedi 25 août, 00h39

    75c440e980c2a98f696ad26e7697c6fd.jpg

    TEMARA (AFP) - Des diplomates et employés de l'ambassade britannique au Maroc ont remisé vendredi leur costume foncé, leur chemise, leur cravate et leur attaché-case, ont fermé leur ambassade, et ont pris la clé des champs pour aller nettoyer une plage près de Rabat.

    (publicité)

    Vêtus de T-shirts blancs frappés du logo "pollution solution" et "British Embassy in Rabat", coiffés de casquettes rouges et portant des gants jaunes, la quarantaine d'employés de l'ambassade dont un tiers de Britanniques, ont ramassé des bouteilles, cigarettes et autres détritus.

    Ils ont mis ce qu'ils ont ramassé dans des sacs frappés de l'emblème de la couronne et qui servent normalement à transporter le courrier diplomatique.

    "Le Maroc est très sensibilisé aux dangers du changement climatique (...) Nous avons choisi cette plage car nous y allons souvent et nous avons voulu travailler avec les autorités locales", a expliqué à l'AFP le chargé d'affaires Peter Boxer.

    Avant de venir nettoyer la plage du Val d'or à Temara, station balnéaire à une dizaine de km au sud de Rabat, l'ambassade avait organisé pour ses employés une "semaine verte avec un certain nombre de défis" et les gagnants ont reçu une plante.

    Tous ont reçu une lettre de félicitations du secrétaire au Foreign Office David Miliband, ancien ministre de l'Environnement. "La protection de l'environnement et la sensibilisation aux dangers que représentent les changements climatiques sont l'affaire de tous ceux qui comme vous qui menez une action au niveau local", affirme le ministre dans un texte en français et en arabe remis à la presse.

    http://fr.news.yahoo.com/afp/20070824/tod-maroc-gb-environnement-insolite-7f81b96_1.html

  • Catégories : Mes textes en prose, Paysages de Cannelle. Nouvelles

    Extrait du roman de Cannelle

    Lorsque Daniel et Cannelle se sont rencontrés, ils étaient tous les deux à un carrefour de leur vie mais ils ne le savaient pas.
    Il arrivait à la fin d’une séparation après dix-sept ans de vie commune et il essayait de profiter de sa liberté retrouvée, comme on dit.
    Il travaillait beaucoup comme il l’avait toujours fait mais ce qui était nouveau, c’est qu’il sortait beaucoup dans des bars. Il buvait mais jamais jusqu à être ivre. Il savait où étaient ses limites et ne les dépassait jamais.
    Au niveau des femmes, même s’il avait eu quelques aventures extra-conjuguales (très justifiées vu son mariage), il avait du mal à se lâcher, à coucher pour coucher. Il y mettait toujours du sentiment.
    De plus, il avait un côté « sauveur » de ces dames.
    Ainsi, il connut une prostituée qui sniffait souvent ; il voulut la sortir de sa condition mais elle n’y mit pas beaucoup du sien. Et, en fait d’aventure, il n’y eut pas grand chose de sexuel
    entre eux.
    Cannelle était étudiante et fréquentait les mêmes bars que Daniel mais elle avait commencé avant lui et y mettait plus d’ardeur. Elle était ivre presque tous les jours et collectionnait les hommes avec beaucoup d’appétit. Elle était parfois amoureuse mais le plus souvent, c’était son désir sexuel qui guidait ses choix.
    Depuis quelques semaines, il y avait un homme qui la draguait en lui offrant verre sur verre et en la soûlant de paroles et d’alcools.
    Il ne lui plaisait pas ; il la dégoûtait même un peu ; elle l’écoutait à peine mais ne le décourageait pas vraiment pour continuer à boire et fumer. Elle ne souvient pas de son nom.
    Depuis quelques mois, il y avait un homme qui lui plaisait beaucoup et avec qui elle couchait quand il avait le temps entre sa femme, son travail et ses copains de beuverie.
    Cannelle avait tendance à s’accrocher aux hommes qui la traitaient mal(moralement, s’entend) et à rejeter ceux qui lui voulaient du bien (quel qu'il soit).
    Depuis quelques semaines, il y avait aussi un homme jovial mais repoussant qui avait des vues sur elle. Il avait parlé de Cannelle à Daniel.
    Un soir, alors que Cannelle attendait le cosaque de ses rêves en buvant verre sur verre, en fumant cigarettes sur cigarette et en écoutant vaguement les énièmes élucubrations avinées de son amoureux transi…

  • Catégories : Sport

    Ces Bleus-là vont aussi

    ebd8ba375ce6b552a97eb12173838b44.jpg
    Photo : Panoramic

    Rugby, Coupe du Monde, Amical, Galles-France, Compte Rendu
    Florian Egly, Sport24.com

    Malgré une équipe largement remaniée, les Bleus ont remporté une victoire convaincante au Pays de Galles (7-34) et peuvent aborder la Coupe du Monde dans la plus grande des sérénités.

     

    La dernière répétition. L’ultime test. L’occasion aussi et surtout de voir à l’œuvre des hommes soumis à un régime plus restreint que d’autres, de mesurer la profondeur du réservoir, avant le vrai rendez-vous, le match d’ouverture de la Coupe du Monde contre l’Argentine le 7 septembre au Stade de France. Ce déplacement au Pays de Galles devait consolider les bases construites lors des deux tests victorieux face à l’Angleterre et conforter ainsi les Bleus dans leur quête de titre mondial. Pour les Diables Rouges, capables du meilleur comme du pire, l’objectif était différent : il s’agissait de se rassurer après un succès sur l’Argentine la semaine passée (27-20), le deuxième seulement de l’année en neuf matches.

    Une démonstration de puissance
    Si la défense avait donné entière satisfaction à Twickenham puis Marseille, il y avait encore des choses à améliorer dans le secteur offensif tricolore. Les hommes de Bernard Laporte décidaient donc de jouer à la main dès la réception du coup d’envoi. L’avancée des Français, menée sur toute la largeur, avec un Heymans, titularisé à l’arrière et s’intercalant dans la ligne, les portait jusque dans les dix derniers mètres gallois, offrant une première occasion d’essai, anéantie par un en-avant de Beauxis. Puis, sur une nouvelle charge de Betsen, les Rouges se mettaient à la faute, permettant à l’ouvreur parisien de déflorer la marque (0-3, 3e). L’entame était convaincante et, malgré une timide réaction du XV du Poireau, le demeurait dans une première période où la supériorité physique des Bleus était criante. Sur chaque percussion, les coéquipiers de Jérôme Thion avançaient, déchiraient le rideau gallois, mettaient leurs adversaires sur le reculoir. Dans ces conditions, le premier essai ne tardait pas à venir.

    A la conclusion d’une longue séquence amorcée depuis le propre camp tricolore, le deuxième ligne biarrot, tout en puissance, bousculait deux défenseurs dans l’en-but pour aplatir sur le dos. Légèrement excentré, Lionel Beauxis transformait, concrétisant une nette domination (0-10, 14e). Quelques déchets, malheureusement, en touche ou dans les transmissions empêchaient les Français, dont la maîtrise du ballon leur permettait de varier les combinaisons, de gonfler le score. La défense, en revanche, était une nouvelle fois admirable sur une attaque galloise dans les 22 mètres, finalement contrée par un gros plaquage de Thion sur Gareth Thomas. Malgré tout, les Britanniques avaient repris du poil de la bête mais cela ne durait que quelques instants. Par deux fois, l’arbitre anglais sollicitait la vidéo pour refuser deux essais à Vincent Clerc (28e) et Rémy Martin (32e). Celui de Pierre Mignoni, après un coup de pied contré à l’abord de l’en-but, était lui bien valable (0-17, 34e). Ces 40 premières minutes auraient été parfaites si un petit relâchement juste avant la mi-temps, qui aboutissait à un essai de Hook, le premier encaissé par les Bleus en trois tests, avait été évité (7-17, 40e).

    Un score peu flatteur
    Comme prévu, les hommes de Bernard Laporte revenaient des vestiaires avec du sang frais sur la pelouse symbolisé par les rentrées conjuguées d’Elissalde, Pelous et Bruno, aux postes de Mignoni, Thion et Szarzewski. Cela n’affectait en aucune mesure une équipe qui monopolisait le ballon durant la reprise mais ne pouvait conclure, par la faute d’une bonne défense galloise tout d’abord puis d’un en-avant d’Harinordoquy dans les 22 mètres. Sur une faute de la mêlée locale, Lionel Beauxis se résolvait finalement à alimenter la marque et poursuivre son 100 % au pied d’une pénalité de 45 mètres (7-20, 47e). Puis, il fallait une anticipation bien sentie de Kevin Morgan, en position de dernier défenseur entre Serge Betsen et Jean-Baptiste Elissalde, pour que le demi de mêlée ne file pas à l’essai (50e). La possession du ballon était encore une fois blanche, la couleur des Français au Millennium Stadium, mais il manquait toujours ces petits détails permettant de refléter un peu plus fidèlement au tableau d’affichage l’écart sur le terrain.

    Et c’est finalement à l’issue d’une remontée de balle initiée depuis leur propre en-but que les Tricolores se positionnaient idéalement sur la ligne des 22. Suite à une touche de Bruno, Beauxis trouvait Rougerie à l’intérieur pour signer le troisième essai de l’après-midi (7-27, 56e). Comme en première période, le Pays de Galles avait une réaction d’orgueil mais Shane Williams échappait la balle à proximité de la ligne (65e). Et comme en première période, cet orgueil était ensuite douché par la férocité des plaquages, totalement hermétiques malgré le jeu au large proposé par les Gallois, bien plus ouvert que le pilonnage anglais. Seul bémol, le premier échec au pied de Lionel Beauxis sur une pénalité difficile de 50 mètres (72e). Le Millennium Stadium ne pouvait que constater la supériorité du squad tricolore, qui ajoutait un quatrième essai dans les derniers instants par Bruno (7-34, 80e) et devait même retenir son souffle lorsque son capitaine Gareth Thomas était évacué sur une civière, après un choc avec Thierry Dusautoir. Les Gallois peuvent s’inquiéter. Les Français non.

     

    D'autres informations Rugby...

     

    http://sports.lefigaro.fr/article_rugby_ces_bleus_la_vont_aussi_18464.html

  • Catégories : Blog, Des photographies, Paris(75,Ile de France):vécu,études

    Paris sous l’œil d’un touriste … parisien

    e2721dff9ff1ed281d2dc535e007ea46.jpgPropos recueillis par Jérôme Bouin (lefigaro.fr).
     Publié le 24 août 2007
    Actualisé le 27 août 2007 : 08h05
    Parisdailyphoto propose des clichés inattendus, ici dans le XVIe arrondissement.
    Eric Tenin.

    Sur son blog, Eric Tenin prend chaque jour une photo de la capitale. Il y est né, y vit, y travaille, et pourtant, il la découvre encore.

    Du Guilvinec à Londres en passant par Oslo, Cologne, Château-Gontier, Rouen ou Rotterdam, la mode du "city daily photo" blog est universelle. Le principe : prendre chaque jour une nouvelle photo de sa ville ou sa commune. Ainsi sont apparus des dizaines de blogs, dont la qualité est largement dépendante du talent même des photoreporters qui les animent comme de la richesse culturelle, architecturale de l’agglomération concernée. A Paris, Eric Tenin bénéficie d’un terrain de jeu très vaste. Entretien.

    lefigaro.fr. - Quand et comment est né le blog parisdailyphoto ?
    Eric Tenin. – Le blog a vu le jour en mars 2005. A l’époque, on m’avait offert un appareil photo et, ne sachant pas quoi en faire, je me suis mis à prendre des clichés avant de les poster sur un blog. C’était la "mode" ! Je ne souhaitais pas un "blog écrit", faute de temps. Seulement je n’imaginais pas que cela m’occuperait autant. Je passe environ trois heures par jour entre la mise en ligne des photos, les légendes et surtout la gestion des commentaires. (parisdailyphoto revendique, selon les chiffres fournis par son auteur, 34.000 visiteurs uniques/mois et 50.000 visites/mois, ndlr.)
    Comment abordez-vous la traditionnelle photo quotidienne ? Comme une obligation ? Une contrainte ? Un défi ?
    Un peu de tout ça. C’est un défi qui est souvent un plaisir mais c’est parfois pesant. Parce que je suis fatigué, occupé, …, il arrive que je poste ma photo avec moins d’enthousiasme mais c’est normal. En tout état de cause, je n’ai jamais « oublié » de poster cette photo. Et puis l’idée, c’est de faire une photo attrayante, esthétiquement parlant.
    Craignez-vous justement de vous retrouver un jour à court d’idées ?
    Tout à fait. D’ailleurs, il m’arrive de plus en plus souvent de peiner. Prenez l’exemple de l’opération Paris Plages. Au bout de trois ans, il est plus compliqué de diversifier les clichés. J’en suis un peu en ce moment à me poser la question "Mais qu’est-ce que je vais bien pouvoir photographier aujourd’hui ?".
    En revanche, le côté sympa de la chose, c’est que cela me fait découvrir des choses que je n’aurais jamais pu voir si mon blog n’avait pas existé.
    Par exemple ?
    Je suis tombé il y a peu, dans le 13 e arrondissement de Paris, sur un monument à la gloire des mères françaises. Un truc complètement inattendu, façonné sur le modèle soviétique. J’ai aussi eu l’occasion de pousser des portes, de me rendre surle chantier de rénovation de la Tour Saint Jacques, de visiter des expositions. Autant de choses que je n’aurais jamais faites sans mon blog.
    Vous avez aussi lancé un portail qui répertorie les "city daily photo" blogs à travers le monde.
    Oui parce que je pense que, quand on aime sa ville ou son lieu de naissance, on veut la faire connaître. Quant au fait que l’on soit très nombreux à le faire - le portail répertorie 162 contributeurs actifs et 400 blogs archivés - bien évidemment tout cela aurait été impossible sans internet.
    Plus de deux ans après le lancement de parisdailyphoto, quel bilan ?
    Un bilan positif. D’abord, je continuerai aussi longtemps que je le pourrai. Ensuite, je souhaiterais développer le portail qui répertorie les citydailyphotosblog et "booster" le forum du blog. J’envisage aussi de tirer des revenus du blog et pourquoi pas, un jour, d’en faire un livre.
  • Catégories : L'actualité

    Raymond Barre est mort

    9513ea85ebded6c00773ef2322dc1465.jpgJ.C. (lefigaro.fr) avec AFP et AP.
     Publié le 25 août 2007
    Actualisé le 25 août 2007 : 07h01
    Avec la disparition de Raymond Barre, c’est une page de l’histoire de l’économie française qui se tourne.
    Fernandez/AFP.

    L’ancien premier ministre s’est éteint dans la nuit à l’âge de 83 ans, à Paris.

    Raymond Barre est mort tôt samedi matin à l'hôpital du Val de Grâce à Paris, où il était hospitalisé depuis avril dernier pour des problèmes cardiaques.
    L'ancien premier ministre (1976-1981) et ancien maire de Lyon avait été hospitalisé à Monaco à la suite d'un malaise survenu dans sa maison de Saint-Jean-Cap-Ferrat, avant d'être transféré par hélicoptère le 11 avril vers l'hôpital militaire parisien et admis au service de cardiologie.
    A une insuffisance rénale, dont souffrait l'ancien premier ministre depuis des années, s’étaient ajoutés des problèmes cardiaques, selon ses proches. De Valéry Giscard d’Estaing à Nicolas Sarkozy, en passant par Gérard Collomb, les réactions et hommages se sont multipliés dès samedi matin.

     
    Professeur émérite

     
    Né le 12 avril 1924 à Saint-Denis de la Réunion, économiste, Raymond Barre avait été premier ministre du président Valéry Giscard d'Estaing de 1976 à 1981. Il a été aussi maire de Lyon pendant six ans, de 1995 à 2001, député centriste du Rhône à partir de 1978, réélu sans discontinuer et candidat malheureux à l'Elysée en 1988, où avec 16,53% au premier tour il avait été devancé par François Mitterrand et Jacques Chirac. Il s'était retiré de la vie politique active en juin 2002.
    Professeur émérite des universités, cet européen convaincu a été vice-président de la Commission européenne de Bruxelles, chargé des affaires économiques et financières de 1967 à 1973.
    Professeur agrégé de droit et de sciences économiques à Sciences Po, Raymond Barre avait fait ses premiers pas en politique en 1959 comme chef de cabinet de Jean-Marcel Jeanneney, ministre de l'Industrie et du Commerce du général de Gaulle. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages, dont un manuel d' «Economie politique» (1955 et actualisé en 1988), utilisé par des générations d'étudiants. Marié à Eva Hegedüs, d'origine hongroise, il a eu deux fils, Olivier et Nicolas.
    Tout le dossier du Nouvel obs:
  • Catégories : Des poètes et poétesses

    Le nouveau recueil de poèmes de Jean-Marc Buttin : "Ermitage Lazuli" est maintenant disponible ...

    Auteur : Jean-Marc Buttin
    Format : 88 pages, 6.0 x 9.0 po.,

    broché, papier intérieur crème #60,
    encre intérieur noir et blanc,
    couverture extérieure #100 en quatre couleurs

    Jean-Marc Buttin dans ce nouveau recueil de poèmes qu’il intitule « Ermitage Lazuli » continue sa collection lazuli avec toujours autant de passion, d’amour pour la poésie que dans ses précédents recueils « Houle lazuli », « Jonquille et lazuli » et « Source lazuli » dont j’ai eu l’honneur de rédiger la préface il n’y a pas si longtemps.

    Dans ce quatrième recueil la tonalité bleue de l’azur, de l’idéal pur, s’assombrit, plus profonde, plus intense dès le premier poème « A l’école de la tendresse » où perce l’angoisse du poète en quête perpétuelle d’une illusoire recette de la vie telle qu’il veut la rêver pour rendre vivable la réalité :

    « Existe-t-elle quelque part cette école
    Où l’on apprendrait aux hommes la tendresse
    Les mots les gestes dont les femmes raffolent
    Si vous la savez donnez-moi son adresse »


    Même si l’ensemble du recueil contient en filigrane la couleur bleue du Lazuli, au fil des poèmes, au fil des vers qu’ils soient réguliers ou irréguliers, court la pénombre de la mort qui se fait de plus en plus prenante, de plus en plus présente dans l’absurdité des jours, du temps qui passe, court une poésie qui s’amnuit dans les résurgences d’un surréalisme ressuscité «Ici la Terre tout va bien » alternant avec un réalisme social d’actualité récentes « les banlieues ».Jean-Marc Buttin passe ainsi de la fiction, aux mythes, aux légendes, aux proverbes détournés, décalés, au verbe qui recréé son imaginaire, puis aux actu-poèmes chargée d’une actualité brûlante d’absurdité.

    Bien avant le premier tiers du recueil est levée l’énigme de « L’ermitage lazuli », espace virtuel de la poésie, Jean-Marc Buttin dans l’alternance d’un clair obscur maîtrisé, fonde ici un univers poétique nouveau très éclectique où l’amour, l’érotisme s’effacent raturés par la plume noire aux reflets bleutés :

    « Dans mon ermitage poétique
    Une large baie sera ouverte
    Sur les amours et jeux érotiques
    Sur les sentiments en découverte »

    Plume noire.

    Il coule de cette plume une encre bleutée
    Qui s’enroule de mots secrets entrelacés
    Aux rêves traversant le fil de mes pensées
    Tout là-haut au septième ciel vers les fées



    La déconvenue, la déception, le mal, les maux, la dépression courent dans ses vers jusqu’à exprimer l’indicible de la mort qu’il envoie se faire voir ailleurs, que ce soit la mort de l’individu, de l’espèce ou de toute la planète car ici dit-il il n’y a que la vie :

    Ici il n’y a que la vie
    Les plaisirs le désir l’envie
    Pas d’instant pour la triste mort
    Pas d’espace pour les remords

    Sa poésie alors « tropine », « golopine » et « piaffine » comme un cheval fou. Vous l’aurez compris, tout au long de ses poèmes, le poète réinvente le verbe, enrichit le vocabulaire de ses néologismes qui s’imposent comme nécessaires à la langue. Il fait œuvre de création en modelant les mots et si l’atmosphère est noire, elle s’éclaircit quand poète il ressuscite l’amour qui semble présent en creux, en négatif, en absence dans une douleur lancinante sur laquelle plane la mort qu’il chasse sans ménagement dans les derniers poèmes de son recueil pour laisser toute sa place à l’amour régénéré passé par les affres de la tromperie et des bordels berlinois :

    « Casse toi la mort puanteur ta charogne
    Infecte nos odorats de tes miasmes noirs » de « Sublime charogne »
    et
    « Après l’amour encore l’amour
    Le plaisir tendre en compte tours » de « Chronos amours » qui clôt le volume sur une note volontaire d’espoir pour soi comme pour la planète bleue. Un recueil à lire et à relire tout en savourant ses puissantes fragrances.


    Roger Mialon
    poète, conteur et nouvelliste.

    Le livre est en vente ici >>>>
    Source: Mille poètes

  • Catégories : La littérature, La télévision

    "La femme et le pantin " sur France 2 vendredi 24 août à 20h50 (18h50 chez moi)

    Téléfilm dramatique


    Date de diffusion : vendredi 24 août


    Horaire : 20:50 - Durée : 1h35

     

    Acteur : Cyrielle Clair, Melissa Djaouzi, Roger Hanin


    Réalisateur : Alain Schwarzstein

    Histoire : Un homme d'affaires marseillais, marié, père et grand-père, tombe amoureux d'une jeune fille de 20 ans qui se laisse séduire tout en se refusant.

     

    Résumé : Leïla Toualbi a 20 ans, travaille à la chaîne dans l'usine de Charles Mathéo. Envoûté par sa beauté, ébranlé par sa fougue, l'homme de pouvoir a tôt fait de perdre ses repères et de baisser les armes malgré lui. Mais, sous ce soleil de plomb, l'orgueil et l'honneur ne font pas bon ménage avec l'amour. Leïla a tôt fait de tourner la tête de Charles, à qui elle demande sans cesse de nouvelles preuves d'amour. Celui-ci, un temps sous sa coupe, finit par se lasser de son petit jeu. Entre la jeune femme et l'homme d'âge mûr, le rapport de force grandit en intensité. Paola, l'épouse de Charles, traverse la tempête avec une dignité impressionnante...

     

    Critique : Une nouvelle adaptation du roman sulfureux de Pierre Louÿs, avec un Roger Hanin passionné

    http://www.linternaute.com/television/programme-tv/programme/1136810/la-femme-et-le-pantin/

    04d4aa40a463a19c9de35a8dd960bcce.jpg
  • Catégories : Des évènements

    "DEVENIR ACTEUR DE NOTRE VIE"

    Sur réservation par tel au 0612782630 ou par mail à cafedelamour@free.fr)

    "DEVENIR ACTEUR DE NOTRE VIE" 
    Ne plus être figurant, jouer le premier rôle dans notre vie amoureuse !


    Tragédie, farce, comédie romantique, sketchs, drame slave, vaudeville, commedia dell'arte, festivals... Quels théâtres abritent nos amours ? 

    Recherche de fusion avec un seul être ou multiplicité des rencontres, relation bourgeoise ou passion destructrice, ne rejouons-nous pas souvent le même scénario notre vie durant ?


    S'il nous arrive d'être en haut de l'affiche, nos personnages de l'ombre nous volent parfois la vedette dans cette saga : côté cour, séduction, jolis vers, belles répliques, attentions délicates. Côté jardin, ressentiment, jalousie, manipulation, colère, perversité. Alors, comment trouver le ton juste, comment se montrer authentique ?

    Sur le thème "Découvrir la puissance de l'amour vrai " Arnaud RIOU illustrera, à travers mises en situations et exercices, à quel point toutes les facettes du kaléidoscope amoureux sont à notre disposition. Il nous aidera à choisir un mode d'expression en accord avec ce que nous ressentons réellement.

    Lundi, au Café de l'amour, le spectacle sera dans la salle !


    Comédien, metteur en scène, directeur de théâtre, coach, formateur en entreprise et conférencier, Arnaud RIOU est spécialiste de la communication orale, du comportement et de la relation. Il est l'auteur du livre : "Devenir Acteur de sa vie" paru aux Éditions de l'Homme. A l'issue de l'atelier/conférence, il dédicacera son ouvrage (en vente sur place). Arnaud propose un stage vraiment intéressant, que j'ai testé. Vous pouvez m'appeler pour que je vous en parle.

    Nous invitons ceux qui souhaitent prolonger l'ambiance du café de l'amour et leurs discussions autour d'un repas, à considérer l'offre du Don Camilo, qui a aménagé sa carte à notre demande ainsi que les horaires de son personnel. Nous dînons tous ensemble, avec Arnaud Riou, autour d'une grande table, les plats sont à 5/10/15 euros.

    L'instant bien-être : un massage (assis) minute®, offert par Joëlle et le Café de l'Amour ! Laissez votre stress au vestiaire et savourez un petit moment de bonheur et de détente.
    Le massage assis minute® se pratique à même les vêtements, confortablement installé sur un siège ergonomique. Technique spécifique de Toucher-détente, il dure entre six et douze minutes.



    Les poèmes de Gilles sont en ligne ainsi que vos différents commentaires

    Rappel :

    Le Café de l'amour a lieu tous les lundi de 20 H à 22 H15

    Entrée : 10 euros à l'unité + accès salle : 5 euros, consommation comprise
    Abonnement : 35 euros les 5 sessions + accès salle : 5 euros consommation comprise
    Moins de 30 ans : 6 euros + accès salle : 5 euros consommation comprise

    Au Don Camilo
    (à l'étage)

    79, rue La Boétie

    75008 Paris
    Métro Saint Philippe du Roule ou Franklin Roosevelt


  • Catégories : La littérature

    Nicolas Sarkozy sous le regard de Yasmina Reza

    GUILLAUME TABARD.
     Publié le 23 août 2007
    Actualisé le 23 août 2007 : 08h14

    Cette chronique littéraire de la campagne présidentielle est l'événement de la rentrée éditoriale.

    ŒUVRE littéraire ou essai politique ? Au terme d'une attente savamment orchestrée, L'Aube le soir ou la nuit, le livre de Yasmina Reza (1), est en tout cas assuré d'être le succès éditorial de la rentrée.
    Héros de ce récit, Nicolas Sarkozy a reçu lundi le livre à la sobre couverture crème. Mais « il ne l'a pas encore lu », assurait hier son entourage, tandis que les premiers exemplaires seront demain en librairie, le jour même où le président franchit le cap des cent jours de son installation à l'Élysée.
    Durant un an, l'écrivain, qui s'est rendu célèbre par ses pièces de théâtre (lire ci-dessous) a suivi le candidat victorieux dans sa campagne présidentielle. Le livre commence par le premier contact Place Beauvau, où le ministre de l'Intérieur accepte de jouer le jeu d'une totale transparence avec l'auteur. Et s'achève par un ultime rendez-vous à l'Élysée, dans un bureau où « j'ai enlevé des tas de trucs que Chirac avait laissés », confie le nouvel élu.
    Plus qu'aucun journaliste ayant « couvert » la campagne, Yasmina Reza a partagé l'intimité du candidat, assisté à des rendez-vous, comme cet entretien avec le président algérien Bouteflika, participé à des réunions d'état-major, vécu les moments d'intimité avec les proches.
    Parce qu'un an défile en moins de deux cents pages, L'Aube le soir ou la nuit ne prétend pas être un récit de la campagne présidentielle. De nombreux livres de journalistes l'ont déjà racontée en détail, avec une approche plus strictement politique. Enchaînant confidences, saynètes et impressions personnelles, la dramaturge cherche avant tout à percer le secret d'un « homme qui veut concurrencer la fuite du temps », comme elle l'écrit.
    Chirac : «convenu et démodé»
    L'intérêt de ce livre pour la chronique politique est que son « pacte » avec Sarkozy permet à Reza de reproduire des propos qu'il tient fréquemment devant ses interlocuteurs mais qui appartiennent habituellement au domaine du « off », c'est-à-dire qu'ils ne sont pas repris dans la presse. Ainsi, en regardant les derniers voeux télévisés de Jacques Chirac, son futur successeur le trouve « convenu et démodé. À sa place, j'aurais dit, voilà, je vous ai servi pendant douze ans, une nouvelle époque s'annonce ». Mais sous la critique, perce une admiration subsistante : « il y avait de l'énergie chez le vieux lion ».
    Au retour d'un trajet en avion avec Michèle Alliot-Marie, le candidat UMP fanfaronne auprès de l'écrivain : « comme ça, tu as vu la différence. » « Quelle connerie !», explose-t-il à l'issue des ces « forums de l'Union », exigés par MAM avant la désignation officielle du candidat de l'UMP. Sur sa rivale, Ségolène Royal, le vainqueur du second tour n'est pas plus tendre : « L'autre commence à débloquer à plein pot.» Ou encore : « Ce n'est pas sûr que le fait d'être nul soit un handicap en France. »
    L'aube le soir ou la nuit cite de nombreux conseillers de Sarkozy. Mais le seul à être véritablement mis en scène est Henri Guaino, le rédacteur principal de ses discours. On voit les deux hommes passer de longues minutes à travailler une formule. L'admiration du chef de l'État pour son actuel conseiller spécial à l'Élysée affleure, même si, comme à son habitude, il l'exprime parfois sous un mode caustique : « Guaino, il est difficile, mais il a du génie. Ils veulent m'enlever Guaino. Moi, j'ai besoin de Guaino. J'aime les fêlés. Ils me rassurent. »
    Des propos inédits confirment le flair politique de Sarkozy. « Si on n'avait pas l'identité nationale, on serait derrière Ségolène. On est sur le premier tour mes amis. Si je suis à 30 %, c'est qu'on a les électeurs de Le Pen. Si les électeurs de Le Pen me quittent, on plonge. »
    Mais ce qu'on apprend surtout dans le livre de Reza, c'est que cette marche à la victoire n'est pas une conquête du bonheur. Sûr d'être élu, Sarkozy confie, à quelques jours du second tour : « J'aurai un palais à Paris, un château à Rambouillet, un fort à Brégançon. C'est la vie.» Dans son nouveau bureau élyséen, qu'il trouve « un peu triste », il soupire « je ne peux pas dire que je suis malheureux... Me voilà enfin débarrassé de ce fardeau ». Comme si la campagne avait épuisé son capital de joie.
    (1) Flammarion. 190 pages. 18 euros.