Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Catégories : Paysages amoureux et érotiques

    Un peu de pub pour mon dernier livre (avec la bonne couverture!...)

    65e849638cd477b597a67bc652996792.pngCe matin par Sandrine Flament (l'auteure de la 1 ere couverture...) sur le site d'Immersion Graphique.

      Découvrez le dernier recueil de Poésies de Laura Vanel-Coytte, paru 


       chez        


      The Book Edition ! 


        


      Entrez dans son paysage intime et laissez-vous émerveiller par ses 


       poèmes   


      d'amours d'adolescente, ses poèmes dédiés à son mari et ses textes   


      érotiques. 


      Laissez-vous guider par ses mots, ses corps-paysages, ses 


       paysages-poèmes   


      et ses paysages-états d'âme... 


        


      Nous pensions réaliser ce livre avec Laura Vanel-Coytte, mais c'est   


      finalement toute seule qu'elle a décidé de se lancer... Nous lui   


      souhaitons donc bonne chance ! 


        


      Nous conseillons donc ce livre à tous les amoureux du verbe et de la 


       vie ! 


        


      Pour le découvrir cliquez : ICI 


      http://www.thebookedition.com/paysages-amoureux-et-erotiques-laura-vanel-coytte-p-143.html 


        


      Son site : http://www.lauravanel-coytte.com/ 


        


      Article sur Immersion graphique le 31 octobre 2007 


        


    http://immerg.com/index.php?option=com_content&task=view&id=127&Itemid=44

     

    Merci Sandrine.

     

    Merci aussi à :

     

     

    l'Equipe de choc(avec la mauvaise couverture,oups):http://lequipedechoc.over-blog.com/article-13352746.html

     

    Irène(avec la mauvaise couverture, désolée):http://www.mamirene.com/article-13354124.htm

     

    Ambroise(qui a commandé-merci- le livre avec le 1 ere couverture):http://ecritureenvrac.over-blog.com/article-7211164-6.html#anchorComment

     

    Bona qui a rectifié mon erreur (merci):http://etlabeaute.hautetfort.com/archive/2007/10/30/paysages-erotiques-de-laura.html

     

    Un grand merci tout spécial à Elisabeth, fidéle lectrice et commentatrice, la seule aussi à avoir commandé tous mes livres

     

     

     

  • Catégories : Jeux, Mes textes en prose

    La jeune fille parfaite

    Le syndicat des héros littéraires - atelier d'écriture spécial Cigale

    C'est mon tour de mettre mon grain de sucre (quelqu'un a dit "enfin" ?) dans ce blog en vous proposant un atelier d'écriture...
    Vous l'aurez sûrement remarqué, les équipières sont assez différentes les unes des autres... (c'est la richesse et l'intérêt d'un blog en commun non ?) : moi, je suis une équipière discrète -mais présente- et ma spécialité dans l'atelier d'écriture, ce sont les "tournantes de poésie" (vous pouvez accéder aux éditions précédents par la rubriques "atelier d'écriture" sur mon blog perso :
    captainelili.blogs.psychologies.com) Seulement la Cigale, bien qu'elle s'en sorte toujours bien, n'est pas très à l'aise avec la poésie (et les rimes en particulier)... Heureusement, je sais m'adapter donc voici une proposition différente (mais ce n'est que partie remise pour la tournante de poésie parce que j'ai une idée de thème qui pourrait être bonne... si, si... à tenter quand Irène aura retrouvé Internet à disposition dans son nouveau chez elle ?)...

    Vous êtes un héros ou une héroïne imaginaire de roman ou de conte (si ce n'est pas un personnage très connu, n'hésitez pas à préciser ses caractéristiques et où on peut le trouver !) Vous écrivez une lettre au SYNDICAT DES HEROS LITTERAIRES pour vous plaindre (ou vous réjouir, après tout, pourquoi pas ?) de l'histoire, de l'auteur, de vos conditions de vie, etc. (La lettre est adressée au Secrétaire du Syndicat des Héros Littéraires.)

    Pas de date de participation mais comme d'habitude, le blog des Equipières est là pour faire le lien vers les textes donc tenez-nous au courant quand vous avez publié la lettre... 

    On pourrait ensuite imaginer, dans un délai de temps raisonnable (du genre, on voit dans 10 ou 15 jours combien de lettres ont été écrites ?), de "poster" les lettres au hasard et que chaque participant imagine une réponse du Syndicat à la lettre d'un autre... Qu'en pensez-vous ?

     

     

    http://lequipedechoc.over-blog.com/article-13398719.html

     

    MA LETTRE:

     

     

    Monsieur le Secrétaire du Syndicat des héros littéraires,

     

     

    Je viens par la présente vous faire part de ma situation  déplorable d’archétype féminin. Je m’appelle Cendrillon, Blanche-neige ou Peau d’âne. Je suis blonde ou brune mais toujours belle, souvent pauvre, exploitée par des riches laids. Surtout, j’attends le prince charmant qui viendra me réveiller, me délivrer de ma triste vie. Et j’en ai marre d’attendre ! …

    Le pire c’est qu’on force à toutes les petites filles dès leurs plus jeune âge à s’identifier à moi.

    Et devenues jeunes filles, elles attendent comme moi un prince charmant qui je le dis ici très haut, n’existe pas ! …

    Quelquefois ces jeunes filles deviennent des femmes sans avoir croisé le beau petit brun ou le grand blond charmant qu’elles ont vu dans leurs livres de petites filles. En attendant, elles font tout pour me ressembler : elles se pomponnent, apprennent la cuisine avec maman qui est ravie : « Tu feras de bons petits plats à ton mari. » Et puis, tiens –toi bien, sois sexy mais pas trop. Tu plais aux hommes tant que tu ne leur cèdes pas.  Garde-toi pour l’homme de ta vie. »

    Quand j’ai vu de loin les années hippies, l’arrivée de la pilule etc. Je me suis dit, c’est fini tous ces clichés. Tu parles ! … Ca n’a pas fait long feu, cette « libération des mœurs » et on appelle toujours une femme qui a couché avec plusieurs hommes une salope alors que l’homme qui a de nombreuses aventures est un Don Juan. Et ce sont les femmes souvent qui perpétuent cette vision culturelle d’elles-mêmes et la transmettent à leurs filles.

    Ca suffit !!! Je ne veux pas qu’elles attendent le « bon » comme moi jusqu’à avoir des cheveux blancs ; je veux que Cendrillon, Blanche-Neige et leurs semblables aient une ou … quelques aventures avant de se marier… pour pouvoir comparer. J’en ai marre d’être une gourde qui doit se dépêcher pour ne pas rater la dernière citrouille…

     

     

                La jeune fille parfaite

     

  • Catégories : La littérature

    Une toile de Gauguin estimée à 60 millions de dollars sera vendue en novembre

    11/10/2007)

    Un chef d'oeuvre de Paul Gauguin représentant des Tahitiennes se baignant sous des manguiers, "Te Poipoi" ("Le matin"), pourrait atteindre 60 millions de dollars (42,8 M EUR) lors d'une vente aux enchères par Sotheby's le 7 novembre, a annoncé la maison de vente.

    Il s'agit "d'une des plus belles scènes tahitiennes peintes par l'artiste encore dans le domaine privé", a précisé Sotheby's dans un communiqué vendredi.

    Datant de 1892, le tableau fait partie "d'une des plus illustres collections constituées aux Etats-Unis", celle de Joan Whitney Payson, qui comprend également des oeuvres de Vincent Van Gogh et Pablo Picasso.

    L'oeuvre, qui devrait être adjugée entre 40 et 60 millions de dollars (28,5 à 42,8 M EUR), selon Sotheby's sera présentée aux acheteurs potentiels chez Sotheby's à Londres la semaine prochaine et à New York début novembre.
    Sidi Hajjaj: Collision entre deux trains de marchandises ...
    Birmanie: 1.000 personnes en détention provisoire, ...
    Rugby: l'Argentine et l'Afrique du Sud en demi-fi...
    Sony abaisse le prix de la PlayStation 3 au Japon
    Les transfusions sanguines causeraient plus de mal ...
    EADS: Gallois veut la ''suppression totale'' des ...

     



    Les scènes représentant des Tahitiennes étaient devenues le sujet de prédilection du peintre post-impressionniste français vers la fin de sa vie. Tombé amoureux de Tahiti, Gauguin (1848-1903) à son retour à Paris avait vendu "Te Poipoi" et d'autres toiles pour financer son retour dans les îles en 1895. Il a passé le reste de sa vie en Polynésie.

    http://www.menara.ma/Infos/includes/detail.asp?article_id=5669&lmodule=divertissement

  • Catégories : Des concours de poèmes, Mes textes érotiques

    Un de mes poèmes érotiques sélectionné

     pour participer à la phase finale du concours international de poésies érotiques pour le mois de décembre 2007.

    Il figurera à cette adresse : http://poesie-erotique.com/pages/38.php. En  attendant vous pouvez également visiter et participer à notre blog  en
    apportant vos commentaires : http://poesie-erotique.typepad.com/.

    VOILA MON POEME EN FORME D'ACROSTICHE SUR "Le corps d''un homme"

     

    Le corps des hommes
    Etait son terrain de jeu
    Caresser, embrasser,
    Oser toujours plus

    Résister un peu

    Puis se donner

    Sans retenue

    Donner, prendre, offrir

    Un torse qui se dévoile, la

    Nature qui prend le pas sur l’

    Humain; humaine nature
    Obscène comme l’animalité
    Masculine comme les courbes
    Mutines de ton corps désormais
    Esclave de son exclusif amour
  • Catégories : Jeux, Mes poèmes

    Fatigue

    Le principe ne change pas, 10 mots qui surgissent. 10 mots qu’il te faut intégrer dans un texte de ta composition. (je me charge du reste)

     

    FATIGUE- REBORD- CORBEAU- CORPS- INCONFORTABLE- TOUSSER- SIXIEME- MACHINE- CONFORME- ENTOURER

     

    MON POEME

    FATIGUE

     

     

     

    Position inconfortable,

    Sixième sens en berne,

    Corps-machine  en panne

    Plus conforme aux normes.

     

     

    Le corbeau remplace

    La tourterelle

    Sur le rebord de la terrasse ;

    Une menace…

     

     

    Tousser des quintes

    D’angoisse ;

    Entourer son âme

    De souffrance.

  • Catégories : Les livres d'amis blogueurs

    Le premier livre édité d'Irène

    8bb948c3b973407f132f2fad0aafa99d.jpg Agathe, une jeune femme dynamique, s'égare dans une forêt où elle trouve refuge dans une étrange petite église. Elle va voyager dans le temps et l'espace pour aider Marie Clotilde, guérisseuse au Moyen-Age et comdamnée au bûcher.

     

    Voici ce qu'elle en dit sur son blog (allez-y):

     

    Agathe a enfin vu le jour, après bien des hésitations j'ai suivi les pas de Laura et Laurence vers l'auto édition.
    Même en voyant la couverture avec une de mes peintures, j'ai encore du mal à y croire.
    A trois jours d'un changement de vie, je voulais réaliser mon rêve .
    Ce récit provient de la première aventure d'Agathe (Le mystère de la petite maison dans la forêt) publiée dans ce blog sous cette catégorie.
    J'en ai fait une oeuvre plus étoffée, et le suspens ainsi que le fin sont différents.
    Vous me direz à mon retour ce que vous en pensez

     

    http://www.mamirene.com/article-13382653.html

     

    Pour acheter son livre et en savoir plus:http://www.thebookedition.com/agathe-et-marie-clotilde-irene-pauletich-p-169.html#profil

     

  • Catégories : Jeux, Mes poèmes

    Les saisons du paysage en peinture

    Ecriture sur image(s)  proposée par Claire Ogie(http://avisagedecouvert.over-blog.com/article-13063680-6.html#anchorComment)

    Parce que vous connaissez bien ce genre d'exercice maintenant, il est temps de le corser un peu, pour ceux qui le veulent en tout cas. En effet, ce sont deux images qui vous sont présentées cette fois. Vous avez alors le choix de vous inspirer de :

    17a la première
    17b - la deuxième
    17c - les deux

     

    ea233fc77874306891165581336b7a37.jpg"Scène d'automne" de Hua Yen, 1729 (Chine)

    3f67f1a5de357ef05f50561103eef62a.jpgPeintre hindoue vers 1580

    http://ecritureludique.over-blog.com/article-13072417.html

    MON POEME

    Les saisons du paysage en peinture

     

     

    Au printemps  indien

    Dans un palais divin

    Le paysage au loin

    Puis le cadre restreint

     

     

    Une femme en ses quartiers

    Avec sa robe safrané

    Parle à un oiseau enfermé

    Dans une cage doré

     

     

    Dans une scène d’automne

    Un homme seul dans un paysage

    Grandiose, le genre le plus noble

    De la peinture classique chinoise

     

     

    « Eau et montagne »

    Reflet de l’âme

    De l’artiste

    Dans la nature 

  • Catégories : Les polars

    Des Femmes bien informées

    8b70b8e71da1ff7d911e245ad0f1b5d2.jpg

    Des Femmes bien informées

    Carlo Fruttero
    Policier

    Éditions Robert Laffont, 232 p., 18 €. Traduit par François Rosso.

    Paru le 29.09.2007, par Christian González

    C’est la belle Mara, la serveuse, qui l’a vu la première. Mais Mara s’est empressée de décamper. Si bien que, finalement, c’est la surveillante-chef qui a appelé la police pour lui signaler, dans un fossé à la périphérie de Turin, le cadavre d’une jeune femme, selon toute apparence une jeune prostituée roumaine. La police se met en chasse sans grande conviction, jusqu’à ce qu’elle apprenne que cette prostituée n’était peut-être pas exactement celle que l’on croyait, puisque, tournant le dos à la rue, elle avait épousé un riche banquier largement plus âgé qu’elle et éperdument amoureux. Si bien que le fait divers crapuleux a tôt fait de ressembler à un assassinat, et, avec ça, des plus machiavéliques…
    Âgé aujourd’hui de 81 ans, Carlo Fruttero est devenu célèbre avec son complice Franco Lucentini, le duo signant des thrillers comme La Femme du dimanche ou L’Amant sans domicile fixe. Lucentini disparu, Fruttero revient en solo avec un thriller turinois, particulièrement virtuose et astucieux, qui donne la parole à huit femmes – la serveuse, la carabinière, la journaliste, la meilleure amie… –, chacune racontant l’enquête de son point de vue. Tour à tour pittoresque, truculent, cynique, naïf ou retors, le récit s’entrelace, noue ses contradictions, déploie ses mensonges, tâtonne obstinément en quête d’une vérité navrante d’un raffinement cruel.

    http://madame.lefigaro.fr/culture/critiques/1-livres/586-des-femmes-bien-informees

    EN VENTE SUR LE SITE DE LA FNAC A DROITE SUR CE BLOG.

  • Catégories : Jeux, Mes textes en prose

    L'amour en public

    Phrases imposées (de Michel)

     

    Comme pour l'exercice 11, 3 phrases vous sont ici proposées :  une pour le début du texte, une autre pour la fin, et une à placer dans le récit (où vous voulez, mais forcément ni au début, ni à la fin).

    Début :
    "Dans mon rêve je dors paisiblement au creux d'un lit en bois noir garni de draps en coton blanc, dans une chambre aux murs bleus auxquels sont suspendues des photos de couchers de soleil"

    A placer dans le récit :
    "Voilà donc le sens de cette dernière partie, un spectacle avec une régie de production comme pour une pièce de théâtre ou un film."

    Fin  :
    "Un frisson me parcourt l'échine quand soudain je prend pleinement conscience d'où je suis, qui je suis, et de ce qu'il me reste à faire : j'ai peur"

    Et comme pour l'exercice 11 encore, il y a deux façons possibles de traiter cet exercice, et vous devrez indiquer clairement laquelle des deux vous avez choisie :

    16a - L'exercice tel quel, avec les trois phrases
    16b - Un début & fin classique, vous avez alors le choix entre la première et la deuxième phrase pour le début,  la phrase de fin restant à sa place

     

     

    http://ecritureludique.over-blog.com/article-13072417.html

    MON TEXTE

    L’amour en public

     

     

    Cannelle m’a un jour raconté cette histoire : "Dans mon rêve je dors paisiblement au creux d'un lit en bois noir garni de draps en coton blanc, dans une chambre aux murs bleus auxquels sont suspendues des photos de couchers de soleil."

    Dans la réalité, elle était dans un bar de nuit où elle allait régulièrement et d’où elle repartait souvent avec un homme. Parfois, elle arrivait avec un homme et repartait avec un autre. Elle buvait beaucoup à cette époque et fumait cigarette sur cigarette.

    Ce soir là, on lui avait demandé de montrer ses seins pour les comparer avec ceux de la strip-teaseuse. Et elle l’avait fait avec plaisir. Elle aimait montrer son corps, le même dont sa mère lui avait dit qu’il était laid. Plusieurs hommes avaient touché sa poitrine et elle avait aimé ça.

    Qu’on la trouve belle, qu’on la désire. Sa grand-mère contrairement au reste de la famille lui disait qu’elle avait des « yeux à faire sauter les boutons de braguette. »

    Mais à un moment, le jeu lui échappa et elle se retrouva à quatre pattes avec un homme derrière elle, un autre devant et tout autour des voyeurs, voyeuses et même des flashs.

    "Voilà donc le sens de cette dernière partie, un spectacle avec une régie de production comme pour une pièce de théâtre ou un film."

    L’homme derrière elle était en érection et se préparait à la baiser en public.

    Un autre lui tendait sa queue pour qu’elle le suce. Préalablement, il la trempait dans du champagne. Un de ses copains de beuverie était là. La patronne prenait des photos.

    Un autre homme lui avait enlevé le pendentif porte-bonheur qu’elle avait mis pour sortir. Elle ne reverrait jamais.

    Cannelle était un peu honteuse de me raconter ça :"Un frisson me parcourt l'échine quand soudain je prend pleinement conscience d'où je suis, qui je suis, et de ce qu'il me reste à faire : j'ai peur"

     

     

     

     

     

     

     

     

  • Catégories : L'actualité

    « Hachette se lance dans la vente de livres électroniques »

    Ronald Blunden, directeur de la communication de l'éditeur, commente l'initiative de vendre aux Etats-Unis en 2008 des versions numérisées des titres publiés par Hachette. La France attendra.

    La rédaction , bfm , le 23/10/2007 à 16h20

    A partir de l'an prochain, Hachette Livre (groupe Lagardère) va expérimenter la vente de livres électroniques (ou « e-books ») aux Etats-Unis. Le numéro trois mondial de l'édition proposera, en 2008, aux internautes américains d'acheter en ligne et de télécharger quelque 500 ouvrages, pour les lire ensuite sur une tablette électronique, vendue par certains constructeurs comme Sony. Les livres numériques seront proposées au même prix que les versions papier. Ronald Blunden, le directeur de la communication d'Hachette Livre, explique cette initiative, ses développements possibles (guides touristiques) et revient sur les spécificités du marché français, qui rend plus difficile l'arrivée des livres électroniques.

    Ronald Blunden a été interviewé sur les ondes de BFM (1), dans le Grand Journal du lundi 22 octobre

    (1) BFM est une filiale de NextRadio TV, société propriétaire de 01net.

    http://www.01net.com/editorial/363059/-hachette-se-lance-dans-la-vente-de-livres-electroniques-/

  • Catégories : Les polars

    "L’Interprétation des meurtres" de Jed Rubenfeld

    8057d96700cd13e77157958a4bde0715.jpgEn 1909, accompagné de son ami Ferenczi et de son disciple Jung, Sigmund Freud, dont les théories à propos du comportement, du sexe, et de la psychologie faisaient grand bruit, fit son seul et unique voyage à New York, pour donner une série de conférences. Malgré l'immense succès de cette visite, par la suite, Freud en parla toujours comme d'une expérience traumatisante, traitant même les Américains de 'sauvages'. Ses biographes se sont longtemps interrogés sur ce qui avait pu se produire là-bas, allant jusqu'à envisager la possibilité d'un événement inconnu de tous, expliquant ces réactions autrement incompréhensibles chez Freud...

    http://www.evene.fr/livres/livre/jed-rubenfeld-l-interpretation-des-meurtres-30588.php

    EN VENTE SUR LE SITE DE LA FNAC A DROITE SUR CE BLOG

  • Catégories : Baudelaire Charles, Goethe Johann Wolfgang von

    Goethe et Baudelaire

    Suite de:http://www.lauravanel-coytte.com/archive/2007/10/12/goethe-nerval-et-baudelaire.html#comments

    http://www.lauravanel-coytte.com/archive/2007/10/16/nerval-et-goethe-2.html#comments

    et:http://www.lauravanel-coytte.com/archive/2007/10/23/goethe-et-theophile-gautier.html#comments

    Roger Bauer[1] pense que Baudelaire s’est souvenu des deux versions de la Chanson au moment de rédiger ses Invitations au voyage (FM et SP). 

     

     

    L'invitation au voyage

    Mon enfant, ma soeur,
    Songe à la douceur
    D'aller là-bas vivre ensemble !
    Aimer à loisir,
    Aimer et mourir
    Au pays qui te ressemble !
    Les soleils mouillés
    De ces ciels brouillés
    Pour mon esprit ont les charmes
    Si mystérieux
    De tes traîtres yeux,
    Brillant à travers leurs larmes.

    Là, tout n'est qu'ordre et beauté,
    Luxe, calme et volupté.

    Des meubles luisants,
    Polis par les ans,
    Décoreraient notre chambre ;
    Les plus rares fleurs
    Mêlant leurs odeurs
    Aux vagues senteurs de l'ambre,
    Les riches plafonds,
    Les miroirs profonds,
    La splendeur orientale,
    Tout y parlerait
    À l'âme en secret
    Sa douce langue natale.

    Là, tout n'est qu'ordre et beauté,
    Luxe, calme et volupté.

    Vois sur ces canaux
    Dormir ces vaisseaux
    Dont l'humeur est vagabonde ;
    C'est pour assouvir
    Ton moindre désir
    Qu'ils viennent du bout du monde.
    - Les soleils couchants
    Revêtent les champs,
    Les canaux, la ville entière,
    D'hyacinthe et d'or ;
    Le monde s'endort
    Dans une chaude lumière.

    Là, tout n'est qu'ordre et beauté,
    Luxe, calme et volupté. (FM)

     

     

    http://poesie.webnet.fr/poemes/France/baudelai/10.html



    [1] De « Mignon » à l’ « Invitation au voyage »  in Revue de littérature comparée, n° 237, janvier-mars 1986, p. 51-57.
  • Catégories : Les polars

    John Burdett ,"TYPHON SUR HONG KONG "

    0fbad6f41926d690e01df36af69e7510.gif
    FOLIO POLICIER 448 pages - 7,20 €
     
    Dans deux mois, la Grande-Bretagne restitue Hong Kong à la Chine, et l'abandon de cet ancien îlot misérable, devenu l'une des places économiques les plus riches du monde, exacerbe la haine que se vouent ces deux puissances depuis cent cinquante ans.
    Alors qu'un typhon menace, une vedette rapide britannique de la police royale se rapproche dangereusement des eaux territoriales chinoises. Un sac flotte sur les eaux grises de la mer. À l'intérieur, trois têtes imbibées d'eau. Tranchées nettes. Deux visages de Chinois et les traits d'une femme blanche. Une enquête rapide révèlera qu'ils ont été passés vivants dans un hachoir industriel. S'il n'est pas rare de trouver des Cantonais en morceaux, le meurtre d'Occidentaux reste une exception. Que savait cette femme pour avoir été ainsi torturée ? Déjà une vedette de la République populaire s'approche et réclame le sac…
     
    TYPHON SUR HONG KONG, trad. de l'anglais par Jacques Martinache, 448 pages sous couv. ill., 108 x 178 mm. Collection Folio policier (No 486) (2007), Gallimard -rom. ISBN 9782070339525.
    Parution : 11-10-2007.

     

    http://www.gallimard.fr/Vient_de_paraitre/accueil.go?cgi=/gallimard-cgi/appliv1/ind_ouvrage?ouvrage=0010059323005860204380000

  • Catégories : Courbet Gustave

    Une vie de scandales

     Publié le 11 octobre 2007
    Actualisé le 11 octobre 2007 : 10h14
    1819 : naissance à Ornans (Doubs).
    1842 : premiers envois au Salon annuel de l'Académie des beaux-arts, refusés.
    1843 : succès de l'autoportrait dit « au chien noir ».
    1847 : rencontre avec Pierre-Joseph Proudhon dont il partage les opinions socialistes.
    1848 : début du virage du romantisme au réalisme.
    1849 : médaille d'or au Salon pour Après-dîner à Ornans.
    1851 : aucune récompense pour Enterrement à Ornans.
    1853 : scandale des Baigneuses au Salon. Outré, Napoléon III aurait cravaché le postérieur du personnage nu.
    1855 : Courbet expose seul face à l'Exposition universelle. Échec critique et commercial.
    1857 : les lascives Demoiselles des bords de Seine est un nouveau défi à la morale. Proposé pour la Légion d'honneur, le nom de Courbet aurait été rayé par Napoléon III.
    1866 : le riche diplomate turc Khalil-Bey, désolé d'avoir raté Vénus et Psyché, lui commande L'Origine du monde, si osé que le grand public ne découvrira l'oeuvre qu'en 1988.
    1867 : nouvelle exposition en marge de l'Exposition universelle.
    1870 : refus de la Légion d'honneur. Élection au poste de président de la commission des arts chargée de la sauvegarde des oeuvres d'art parisiennes. Peint la série des Vagues.
    1871 : Courbet est arrêté : la démolition de la colonne Vendôme lui est imputée. Six mois de prison à Sainte-Pélagie.
    1872 : libéré, le peintre part à la recherche des tableaux qui lui ont été volés.
    1873 : saisie des toiles par l'État. Exil en Suisse.
    1877 : condamnation à payer 300 000 francs. Le premier versement est prévu pour le 1er janvier 1878, mais le peintre meurt le 31 décembre.

  • Catégories : Goethe Johann Wolfgang von

    Goethe et Théophile Gautier

     Suite de: http://www.lauravanel-coytte.com/archive/2007/10/12/goethe-nerval-et-baudelaire.html#comments et

     

    http://www.lauravanel-coytte.com/archive/2007/10/16/nerval-et-goethe-2.html#comments

     

    Théophile Gautier lui – aussi a composé « sa » Chanson de Mignon inspirée par celle de Goethe dans La Comédie de la Mort(1833).

     

    « Ange de poésie, ô vierge blanche et blonde,
    Tu me veux donc quitter et courir par le monde ?
    Toi qui, voyant passer du seuil de la maison
    Les nuages du soir sur le rouge horizon,
    Contente d’admirer leurs beaux reflets de cuivre,
    Ne t’es jamais surprise à les désirer suivre ;
    Toi, même au ciel d’été, par le jour le plus bleu,
    Frileuse Cendrillon, tapie au coin du feu,
    Quel grand désir te prend, ô ma folle hirondelle !
    D’abandonner le nid et de déployer l’aile ?

    « Ah ! restons tous les deux près du foyer assis,
    Restons ; je te ferai, petite, des récits,
    Des contes merveilleux, à tenir ton oreille
    Ouverte avec ton œil tout le temps de la veille.
    Le vent râle et se plaint comme un agonisant ;
    Le dogue réveillé hurle au bruit du passant ;
    Il fait froid : c’est l’hiver ; la grêle à grand bruit fouette
    Les carreaux palpitants, la rauque girouette,
    Comme un hibou criaille au bord du toit pointu.
    Où veux-tu donc aller ?

                                      « — Ô mon maître, sais-tu
    La chanson que Mignon chante à Wilhelm dans Gœthe :
    ‹ Ne la connais-tu pas, la terre du poète,
    La terre du soleil où le citron mûrit,
    Où l’orange aux tons d’or dans les feuilles sourit ?
    C’est là, maître, c’est là qu’il faut mourir et vivre,
    C’est là qu’il faut aller, c’est là qu’il faut me suivre. ›

    « — Restons, enfant, restons : ce beau ciel toujours bleu,
    Cette terre sans ombre et ce soleil de feu
    Brûleraient ta peau blanche et ta chair diaphane.
    La pâle violette au vent d’été se fane ;
    Il lui faut la rosée et le gazon épais,
    L’ombre de quelque saule, au bord d’un ruisseau frais ;
    C’est une fleur du Nord, et telle est sa nature.
    Fille du Nord comme elle, ô frêle créature !
    Que ferais-tu là-bas sur le sol étranger ?
    Ah ! la patrie est belle et l’on perd à changer.
    Crois-moi, garde ton rêve.

                                           « — Italie ! Italie !
    Si riche et si dorée ; oh ! comme ils t’ont salie !
    Les pieds des nations ont battu tes chemins,
    Leur contact a limé tes vieux angles romains ;
    Les faux dilettanti s’érigeant en artistes,
    Les riches ennuyés et les rimeurs touristes,
    Les petits lords Byrons fondent de toutes parts
    Sur ton cadavre à terre, ô mère de Césars !
    Ils s’en vont mesurant la colonne et l’arcade ;
    L’un se pâme au rocher, et l’autre à la cascade :
    Ce sont, à chaque pas, des admirations,
    Des yeux levés en l’air et des contorsions ;
    Au moindre bloc informe et dévoré de mousse,
    Au moindre pan de mur où le lentisque pousse,
    On pleure d’aise, on tombe en des ravissements
    À faire de pitié rire les monuments.
    L’un avec son lorgnon, collant le nez aux fresques,
    Tâche de trouver beaux tes damnés gigantesques,
    Ô pauvre Michel-Ange, et cherche en son cahier
    Pour savoir si c’est là qu’il doit s’extasier ;
    L’autre, plus amateur de ruines antiques,
    Ne rêve que frontons, corniches et portiques,
    Baise chaque pavé de la Via Lata,
    Ne croit qu’en Jupiter et jure par Vesta ;
    De mots italiens fardant leurs rimes blêmes,
    Ceux-ci vont arrangeant leur voyage en poèmes,
    Et sur de grands tableaux font de petits sonnets.
    Artistes et dandys, roturiers, baronnets,
    Chacun te tire aux dents, belle Italie antique,
    Afin de remporter un pan de ta tunique !

    « — Restons, car au retour on court risque souvent
    De ne retrouver plus son vieux père vivant,
    Et votre chien vous mord, ne sachant plus connaître
    Dans l’étranger bruni celui qui fut son maître :
    Les cœurs qui vous étaient ouverts se sont fermés,
    D’autres en ont la clef, et dans vos mieux aimés
    Il ne reste de vous qu’un vain nom qui s’efface.
    Lorsque vous revenez vous n’avez plus de place :
    Le monde où vous viviez s’est arrangé sans vous,
    Et l’on a divisé votre part entre tous.
    Vous êtes comme un mort qu’on croit au cimetière
    Et qui, rompant un soir le linceul et la bière,
    Retourne à sa maison, croyant trouver encor
    Sa femme tout en pleurs et son coffre plein d’or ;
    Mais sa femme a déjà comblé la place vide,
    Et son or est aux mains d’un héritier avide ;
    Ses amis sont changés, en sorte que le mort,
    Voyant qu’il a mal fait et qu’il est dans son tort,
    Ne demandera plus qu’à rentrer sous la terre
    Pour dormir sans réveil dans son lit solitaire.
    C’est le monde. Le cœur de l’homme est plein d’oubli :
    C’est une eau qui remue et ne garde aucun pli.
    L’herbe pousse moins vite aux pierres de la tombe
    Qu’un autre amour dans l’âme, et la larme qui tombe
    N’est pas séchée encor, que la bouche sourit,
    Et qu’aux pages du cœur un autre nom s’écrit.

    « Restons pour être aimés et pour qu’on se souvienne
    Que nous sommes au monde ; il n’est amour qui tienne
    Contre une longue absence : oh ! malheur aux absents !
    Les absents sont des morts et, comme eux, impuissants.
    Dès qu’aux yeux bien aimés votre vue est ravie,
    Rien ne reste de vous qui prouve votre vie ;
    Dès que l’on n’entend plus le son de votre voix,
    Que l’on ne peut sentir le toucher de vos doigts,
    Vous êtes mort ; vos traits se troublent et s’effacent
    Au fond de la mémoire, et d’autres les remplacent.
    Pour qu’on lui soit fidèle il faut que le ramier
    Ne quitte pas le nid et vive au colombier ;
    Restons au colombier. Après tout, notre France
    Vaut bien ton Italie, et, comme dans Florence,
    Rome, Naple ou Venise, on peut trouver ici
    De beaux palais à voir et des tableaux aussi.
    Nous avons des donjons, de vieilles cathédrales
    Aussi haut que Saint-Pierre élevant leurs spirales ;
    Notre-Dame tendant ses deux grands bras en croix,
    Saint-Severin, dardant sa flèche entre les toits,
    Et la Sainte-Chapelle aux minarets mauresques,
    Et Saint-Jacques hurlant sous ses monstres grotesques ;
    Nous avons de grands bois et des oiseaux chanteurs,
    Des fleurs embaumant l’air de divines senteurs,
    Des ruisseaux babillards dans de belles prairies
    Où l’on peut suivre en paix ses chères rêveries ;
    Nous avons, nous aussi, des fruits blonds comme miel,
    Des archipels d’argent aux flots de notre ciel,
    Et, ce qui ne se trouve en aucun lieu du monde,
    Ce qui vaut mieux que tout, ô belle vagabonde,
    Le foyer domestique, ineffable en douceurs,
    Avec la mère au coin et les petites sœurs

     

    Et le chat familier qui se joue et se roule,
    Et, pour hâter le temps, quand goutte à goutte il coule,
    Quelques anciens amis causant de vers et d’art,
    Qui viennent de bonne heure et ne s’en vont que tard. »

     

    http://fr.wikisource.org/wiki/La_Chanson_de_Mignon

    cf. mon mémoire de maîtrise en vente sur Lulu:

     

    http://stores.lulu.com/store.php?fAcctID=617288

  • Catégories : Science

    Top 10 des sites les plus pollués du monde (diaporama)

    40ca95950a9ab7c0150d9f84070bfacb.jpgL’ONG américaine Blacksmith Institute vient de dévoiler la liste des sites les plus pollués du monde. Zinc, dioxyde de soufre… les causes de contamination sont variées. Conséquence : des populations locales touchées par de véritables catastrophes sanitaires. Découvrez les 10 sites les plus pollués en images.

    Du Pérou à la Russie, le nouveau classement des sites les plus pollués de la planète, révélé par Blacksmith Institute, n’épargne aucun continent.

    L’activité minière et métallurgique est la principale raison de pollution grave puisque les différents groupes de ces secteurs rejettent de nombreuses substances toxiques. Conséquences : une population locale touchée par d’importantes difficultés sanitaires et de nombreux problèmes de santé : «la réalité des faits, c’est que les enfants sont malades et meurent dans ces lieux polluées. Et a chaque cas, on doit trouver des solutions différentes», explique Richard Fuller, directeur de Blacksmith Institute avant d’ajouter : «cette année, on a beaucoup plus entendu parler des problèmes de pollution dans les médias mais il y a eu très peu d’action. Il faut vraiment avancer sur ces sujets et mettre en place des programmes».

    Une majorité de sites pollués en Asie
    La majorité des sites pollués se trouvent en Asie, notamment en Chine, en Inde, et en Russie. Les régions épargnées sont celles du Moyen-Orient et de l’Océanie. Parmi les nouveaux sites recensés dans le Top 10 du Blacksmith Institute, on trouve Tianying en Chine, qui produit massivement du plomb. Un matériau qui provoque des troubles intellectuels chez l’enfant, souligne le rapport. De même, pour Vapi en Inde, qui est une région envahie par l’industrie. Au total, plus d’une cinquantaine de sites polluent le sol et les eaux avec des pesticides, du mercure, du plomb. Autre nouveau site à faire partie des lieux les plus contaminés de la planète : Sumgayit en Azerbaïdjan. Ce sont les métaux lourds et l’industrie chimiques qui sont les principales causes de pollution dans cette région. Ainsi, le taux de cancer de Sumgayit est de 22 à 51% plus élevé que la moyenne nationale, indique le rapport. Les mutations génétiques et les déformations de naissance sont courantes dans la région.

    Découvrez le classement des 10 sites les plus pollués, en cliquant ici

    Top 10 des sites les plus pollués du monde

    Sumgayit, Azerbaïdjan
    Linfen, Chine
    Tianying, Chine
    Sukinda, Inde
    Vapi, Inde
    La Oroya, Pérou
    Dzerzhinsk, Russie
    Norilsk, Russie
    Chernobyl, Ukraine
    Kabwe, Zambie

    Source : Blacksmith Institute




    Céline Galoffre

    19/10/2007

    http://www.batiactu.com/data/19102007/19102007-180027.html

  • Catégories : Des lieux

    La montagne sacrée

    Par Michel Déon de l’Académie française.
     Publié le 11 octobre 2007
    Actualisé le 11 octobre 2007 : 11h49

    Vassilis Alexakis - Quand lemont Athos devient le lieu de rendez-vous romanesque d’un étudiant avec mille ans de christianisme.

    ATHÈNES de nos jours. Une vieille dame aveugle, riche et veuve, vivant dans une des belles maisons d’un quartier encore préservé, Nausicaa Nicolaïdi, loge dans une dépendance un étudiant dont nous ne saurons pas le nom parce que c’est lui qui racontera l’histoire. En échange de cette hospitalité, il lui fait la lecture chaque jour une heure ou deux.
    Une discrète amitié estnée : la vieilledame évoque des bribes de sa vie passée et révèle brusquement un intérêt particulier pour le mont Athos. N’est-il pas familierde l’histoire byzantine ? Familier oui,maispas captivé.Celadit, comment refuser ce qu’elledemande
    comme une grâce : une étude de la vie monastique depuis un demi-siècle. Elle financera ses recherches, notamment l’acquisition des livres du présent et du passé, des cartes, des documents officiels, desmanuscrits relatifs au mont Athos et aux moines de toute
    l’Orthodoxie : Serbes, Russes, Bulgares, Grecs et mille autres qui se sont enfermés à vie dans des monastères d’une titanesque beauté. Comment refuser ? Elle financera ses recherches et il fera un rapport aussi complet que possible.
    La première pensée de l’étudiant est de se demander si MmeNicolaïdi songe à laisser sa fortune, comme tant d’autres veufs et veuves sans progéniture, aux moines athoniques. Ilne le saura qu’à la finde l’épreuve. Les recherches s’avèrent plus difficiles que prévu. S’il existe, à portée demain, une abondante littérature sur le mont Athos, bien des pans de l’histoire privée de cette communauté légendaire restent dans l’obscurité. L’étudiant se voit plongé dans les mystères et les secrets de l’Église orthodoxe. N’est-il pas lui-même natif de Tinos, l’île sacrée de l’Égée où l’icône de la Vierge passe pour miraculeuse, encore qu’elle ne se soit pas manifestée depuis près d’un demi-siècle ? La mère de l’étudiant est une simple femme dont la foi pure et rayonnante illumine la vie alors que sonmari, plombier de son état, fort intelligent et même érudit, est un pragmatique.
    De cette dualité dans son éducation entre le «mont des certitudes » et la « colline des doutes», le jeune homme est armé pour devenir historien. Il entrera pas à pas dans cet univers clos guidé par des universitaires pour la méthode et par des initiés qui entrouvrent des portes secrètes sur une histoire plus étrange qu’il ne s’y attendait.
    Des variations à la fois tendres et graves
    Vassilis Alexakis nous a pris par lamain dès la première page et ne nous lâche pas. Grec, il écrit en français avec une maîtrise sans cesse affirmée depuis trente ans. Ap. J.-C. couronne uneoeuvre qui n’a jamais tourné le dos à ses origines. La Grèce est là, volubile et magnifique, bavarde et gourmande, toujours à vif dans un monde où, écrasée par son histoire, elle doit
    feindre de se sentir à l’aise. Il y revient avec un roman dont les variations sont à la fois tendres et graves. La parole est du temps présent, mais, avec les conteurs grecs, on est assurés que les passés reviendront par bouffées tantôt humiliantes, tantôt glorieuses. 
    Pour compléter son étude, le jeune homme doit accéder aumont Athos et voir sur place ce qui se perpétue d’une histoire assez fabuleuse :mille ans de défi aux Barbares.On arrive par bateau d’un port,Ouranopolis, prochede Saloniqueoùil rencontre aupréalable des universitaires et des experts en archéologie sous-marine à la recherche desmille bateaux de Xérès coulés par la tempête au large de laChalcidique, Poséidon sauvant la Grèce d’une invasion qui l’aurait peut-être rayée de l’histoire du monde antique : « J’ai, se dit l’étudiant, imaginéune forêt demâts immobiles depuis des siècles émergeant du sable des profondeurs et, juste au-dessus, un banc de poissons semblables à des oiseaux survolant des poteaux électriques. » Il se rend à une étrange cérémonie, des fidèles d’une secte, les anasthénarides qui marchent sur des charbons ardents, écoute, note, apprend que la Vierge Marie a, selon certains, visité le mont Athos, Zeus qui se trouvait là a été foudroyé par son apparition ;Marie serait morte à 57 ans.Même s’il se garde de tout lui rapporter, Nausicaa Nicolaïdi est satisfaite. Elle n’a pas besoin de savoir les compromissions politiques des moines avecHitlerpuis avec les communistes, la rapacité des autorités religieuses, les petits et les grands commerces, les moeurs, les rapports de force avec l’État grec.
    Rendu en territoire sacré, il loue un taxi conduit par un moine, assiste dès les premières semaines à une bagarre sauvage entre religieux de la Sainte Communauté et les moines esphigouménites, rencontre un autremoine assez sceptique sur la visite de la Vierge, un ermite qui fut un célèbre poète péruvien distingué par la grâce divine dans une église de Lima. Et enfin, ce qu’il cherchait à la prière de Mme Nicolaïdi. Mission terminée. Taisons la fin si belle qu’il serait injuste de la dévoiler. Vassilis Alexakis l’a préparée avec art, changeant de voix et de ton quand des pensées éclair sur le passé et le futur traversant le présent, si lucideque le lecteur éprouve le rarebonheurde croire que ce roman a été écrit pour lui et avec lui.
    Ap. J.-C. de Vassilis Alexakis Stock, 390 p., 20,99 €.
  • Catégories : Les polars

    Leif Davidsen , "LE DANOIS SERBE"

    06756727d1d3409a1cded75e5738ea90.gif
    FOLIO POLICIER 384 pages - 7,20 €
     
    Per Toftlund se doute que la venue de Sara Santanda à Copenhague ne sera pas de tout repos. La jeune femme, équivalent féminin de Salman Rushdie, est sous le coup d'une fatwa lancée par les autorités religieuses d'Iran. Sa tête est mise à prix. Les politiques ne veulent pas la rencontrer. La protection se fait sans grands moyens. Toftlund doit éviter l'attentat et gérer 24 heures de danger permanent alors que des fuites annoncent la présence d'un professionnel de la pire espèce. Un contrat. Un isolé. Un homme jeune, blond, qui se fait appeler Vuk. Un homme qui, à dix-sept ans, a quitté le Danemark et des études brillantes pour revenir en Bosnie avec ses parents. Un Serbe qui a vu les siens massacrés d'horrible manière par des voisins et amis avant de devenir à son tour, traumatisé, harcelé de cauchemars, un impitoyable tueur. Il est l'homme idéal, il parle la langue, il est indétectable : il est le Danois serbe.
     
    LE DANOIS SERBE. Une enquête du commissaire Per Toftlund, trad. du danois par Monique Christiansen, 384 pages sous couv. ill., 108 x 178 mm. Collection Folio policier (No 484) (2007), Gallimard -rom. ISBN 9782070339280.
    Parution : 11-10-2007.

     

    http://www.gallimard.fr/Vient_de_paraitre/accueil.go?cgi=/gallimard-cgi/appliv1/ind_ouvrage?ouvrage=0010059175005845904380000

  • Catégories : L'humour

    Voilà ce qui arrive lorsqu'on se trompe d'adresse e-mail

    Un couple de parisiens décide de partir en week-end
    à la plage et de descendre au même hôtel qu'il y a 20 ans,
    lors de leur lune de miel.

    Mais, au dernier moment, à cause d'un problème au travail,
    la femme ne peut pas prendre son jeudi.

    Il est donc décidé que le mari prendrait l'avion le jeudi,
    et sa femme le lendemain.

    L'homme arrive comme prévu et
    après avoir loué la chambre d'hôtel, il se rend compte que
    dans la chambre, il y a un ordinateur avec connexion Internet.

    Il décide alors d'envoyer un courrier à sa femme.

    Mais il se trompe en écrivant l'adresse.

    C'est ainsi qu'à Perpignan, une veuve qui vient de rentrer
    des funérailles de son mari mort d'une crise cardiaque reçoit l'e-mail.

    La veuve consulte sa boîte aux lettres électronique pour voir
    s'il n'y a pas de messages de la famille ou des amis.

    C'est ainsi qu'à la lecture du premier d'entre eux, elle s'évanouit.

    Son fils entre dans la chambre et trouve sa mère allongée sur le sol, sans connaissance, au pied de l'ordinateur.

    Sur l'écran, on peut lire le message suivant:

    A mon épouse bien-aimée,

    Je suis bien arrivé.

    Tu seras certainement surprise de recevoir de mes nouvelles maintenant et de cette manière.

    Ici, ils ont des ordinateurs et tu peux envoyer des messages à ceux que tu aimes.

    Je viens d'arriver et j'ai vérifié que tout était prêt pour ton arrivée, demain vendredi.

    J'ai hâte de te revoir.

    J'espère que ton voyage se passera aussi bien que s'est passé le mien.



    P.S. : Il n'est pas nécessaire que tu apportes beaucoup de vêtements : il fait une chaleur d'enfer ici !