Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 4

  • Catégories : Jeux, Mes poèmes

    Une page au crépuscule

    Mots imposés (Michel -http://www.fauxreveur.net/ )

    Ce type d'exercice est manifestement celui que vous préférez, et il a été décidé de ne pas changer la formule cette fois

    Sur base des 25 mots suivants, il vous est demandé d'en utiliser au moins 15 (idéalement tous) pour écrire un texte de votre choix.

    page - annuler - travers - crépuscule - tirer - facile - ambiance - hypothèse - mésange -
    finesse - parallèle - absurdité - sonate - langage - puriste - fatalité - dissoudre - pyramide -
    caresse - victime - bâtisse - perpétuel - exécrable - hacher – cran

    http://www.ecritureludique.net/article-13764285.html

    MON POEME

    Une page au crépuscule

    Il est vraiment facile
    Dans cette ambiance
    D’échafauder mille hypothèses
    Grotesques et ridicules

    La mésange chante
    Mais la finesse
    De sa voix n’empêche
    Pas de faire un parallèle

    Entre sa sonate
    Et le langage
    Cher aux puristes
    Où vient se dissoudre

    La pyramide bancale
    De mes mots-caresses
    Dont je suis victime.
    Alors je me retire

    Dans ma bâtisse
    Avec mon poème
    Au rythme exécrable.
    Annuler cette page,

    Tirer une conclusion évidente
    Vu l’absurdité de mes phrases.
    La fatalité me pourchasse.
    Hacher menu mes rimes

    Qui ne passeront même
    Pas à travers le filtre
    De ma perpétuelle chimère
    Un peu de cran ! cesse d’écrire

  • Catégories : Science

    La Lune s’affiche en haute définition

    10/11/2007 | Mise à jour : 21:45 |
    .
    La sonde japonaise Kaguya a tourné de splendides images de notre satellite. Découvrez les en vidéo.
    À 100 km d’altitude au-dessus de la surface lunaire, la sonde japonaise Kaguya a un point de vue privilégié sur notre satellite. Autre particularité, cet engin d’étude scientifique embarque à son bord une caméra de télévision haute définition, financée par la chaîne japonaise NHK, qui fait la promotion de ce format d’image. Le 31 octobre, cette caméra a filmé les premières vues en TV HD de la surface lunaire, lors d’un survol depuis l’océan des Tempêtes vers le pôle nord, avec une lumière très rasante. L’étude détaillée des pôles de la Lune est l’un des objectifs les plus intéressant de la mission japonaise, car ces régions sont envisagées pour accueillir les bases permanentes envisagées par le programme lunaire habité de la Nasa.


    Crédits: Jaxa/NHK

    ICI POUR VOIR LA VIDEO:http://www.lefigaro.fr/sciences/2007/11/10/01008-20071110ARTFIG00207-la-lune-saffiche-en-haute-definition-.php

  • Catégories : Jeux, Mes textes en prose

    Enfin libre!

    1f641326d7d47099763ca0ecf69d123e.jpg


    Consigne 57 de "Paroles plurielles"
    Une photo...

    L'incipit:
    "Tante Babette prit une profonde inspiration"'
    Ceci est le début d'une nouvelle de Rilke qui s'intitule "L'anniversaire" (en folio 2€)
    Les textes sont à envoyer à Pivoine pour cette quinzaine:
    jardinauxpivoines@yahoo.fr
    Bonne créativité
    (respectez bien le mode d'emploi SVO... voir à droite dans les catégories...)


    http://coumarine2.canalblog.com/


    MON TEXTE


    "Tante Babette prit une profonde inspiration.' L’odeur des gâteaux la distrayait de son angoisse mais elle était toujours là. Elle n’avait pas vu ses parents depuis deux ans et ayant appris par hasard qu’elle rentrait en France, ils l’avaient invitée à déjeuner. Depuis leur appel, elle se demandait si elle devait y aller.
    Depuis le jour où elle avait définitivement coupé les ponts avec eux, elle était mieux dans sa peau et avait connu des succès dans la voie qu’elle avait choisie. Autrefois quand elle devait les voir, elle avait des nuits d'insomnie avant et après. Elle retournait ce qu’ils lui avaient dit et ce qu’elle leur avait dit. C’était presque pareil avec leurs coups de téléphone. A chaque fois elle se remettait en cause, culpabilisait, se disait qu’elle avait fait quelque chose de mal. Elle régressait… Et maintenant que ses derniers livres avaient obtenu un joli succès d’estime et qu’avec ce qu’elle gagnait, elle pouvait avoir une certaine indépendance financière vis-à-vis de son mari…. Ils voulaient la voir alors qu’à ses débuts d’écrivaine, ils n’en avaient fait aucun cas. « Madame, vous avez choisi ? »
    La voix de la serveuse la sortit brusquement de ses pensées et elle répondit à haute voix : « Oui, j’ai décidé de ne pas y aller. » Le client qui était à côté d’elle et la serveuse la regardèrent avec indifférence pour l’un et énervement pour l’autre. Elle en voyait de toutes les couleurs depuis qu’elle travaillait comme serveuse mais une folle comme ça, jamais ! Mais Tante Babette se fichait de ce que pensait la serveuse ou de ce que ne pensait pas son voisin. Elle sourit en disant : « Donnez-moi un sachet de madeleines, s’il vous plaît. » Après s’être excusé auprès de la serveuse pour son comportement bizarre, elle paya son achat et sortit dans le froid mordant de cette ville qu’elle avait aimé autrefois et où elle avait de revenir vivre. Elle était libre.

  • Catégories : Science

    L’origine mystérieuse des rayons cosmiques

    ca773e940fb9ef169e735727bf3e5e0d.jpg

    Marc Mennessier
    09/11/2007 | Mise à jour : 21:20

    Des rayons cosmiques (Simon Swordy/Nasa).
    L’observatoire Pierre-Auger en Argentine lève une partie du voile sur la provenance des particules les plus énergétiques jamais observées dans l’Univers.
    Qui sont-ils ? D’où viennent-ils et comment font-ils pour parvenir jusqu’à nous ? Malgré tous les efforts déployés depuis leur découverte, en 1938, par le physicien français Pierre Auger, ces trois questions restaient sans réponse : les rayons cosmiques d’ultra-haute énergie qui provoquent au contact de l’atmosphère d’immenses gerbes de particules (électrons, photons…) avaient fini par devenir l’une des plus fascinantes énigmes de la physique mo­derne.

    Si elle ne résout pas tout, l’étude qui fait aujourd’hui la une de la re­vue américaine Science, par la collaboration Pierre-Auger qui regroupe plus de 300 chercheurs de 17 pays, constitue un événement scientifique majeur. «Nous avons fait un grand pas pour résoudre le mystère», se réjouit, dans un communiqué, le Prix Nobel de physique James Cronin de l’université de Chicago, qui fut, avec ses collègues Alan Watson, de l’université de Leeds (Royaume-Uni), et Murat Boratav, de l’univer­sité Pierre et Marie Curie-CNRS, l’un des initiateurs de l’observatoire ­Pierre-Auger. Autrement dit, le plus grand instrument scientifique consacré à la traque de ces étranges phénomènes cosmiques, déjà opérationnel, bien que son installation, au cœur de la pampa, près de la ville de Mendoza (Argentine), ne soit pas encore terminée.

    «Nous sommes parvenus à dé­montrer que les rayons cosmiques à ultra-haute énergie se sont formés en dehors de notre galaxie, la Voie lactée, qu’ils proviennent probablement de galaxies à noyau actif relativement proches de la Terre (à quelques centaines de millions d’années-lumière tout de même…) et qu’ils sont plutôt constitués de protons», ré­sume l’un des auteurs de la publi­cation, Antoine Letessier-Selvon, directeur de recherche au CNRS/IN2P3 (Institut national de physique nucléaire et de physique des particules) qui fut, dès 1992, avec Murat Boratav, l’un des promoteurs de l’observatoire Pierre-Auger en France.

    Pour bien comprendre l’importance de la découverte, il faut se représenter de minuscules grains de matière (protons ou noyaux d’éléments plus lourds comme le fer) fonçant à travers l’espace à des vi­tesses proches de celle de la lumière (environ 300 000 kilomètres par se­conde). Le tout à des niveaux d’énergie inimaginables. Sur les milliers de rayons cosmiques détectés depuis 2004 par l’Observatoire Pierre-Au­ger, environ 80 avaient une énergie supérieure à 40 milliards de milliards d’électrons-volts, des exaélectrons-volts ou EeV (un 4 suivi de 19 zéros !). «Cela signifie qu’une seule de ces particules possède l’énergie suffisante pour élever d’un degré Celsius la température d’un gramme d’eau qui en contient environ dix mille milliards de milliards», ex­plique Antoine Letessier-Selvon qui propose une seconde analogie. Dans son anneau souterrain de 27 km de circonférence, le futur grand accé­lérateur (LHC) du Cern, près de Genève, sera capable de produire des faisceaux de protons d’une énergie de 10 13 électrons-volts (1 suivi de 13 zéros) : un niveau encore jamais atteint sur Terre. «Or, pour produire un rayon cosmique de 57 EeV, il faudrait construire un accé­lérateur d’une circonférence de 270 millions de kilomètres, soit 7 000 fois le tour de la Terre à l’Équateur!»


    Galaxies dotées de noyaux actifs

    Où et comment l’Univers parvient-il à accélérer des particules à de tels niveaux d’énergie, inatteignables à l’échelle sur notre planète ? On comprend mieux pourquoi cette question excite la curiosité des scientifiques depuis des décennies. Et pourquoi dix-sept pays ont réuni 54 millions de dollars pour lancer en 1999 la construction de l’observa­toire Pierre-Auger.

    Si les rayons cosmiques de «faible» énergie (moins de 3 EeV tout de même !) ont une répartition spatiale à peu près uniforme, les auteurs de l’étude ont montré, en reconstituant leur trajectoire dans l’atmosphère terrestre, qu’il n’en va pas de même pour les plus énergétiques d’entre eux (plus de 57 EeV). Ces derniers proviennent, en effet, de régions du ciel relativement proches, comme le plan supergalac­tique, où la densité de matière est la plus élevée et où l’on trouve le plus de galaxies dotées de noyaux actifs. Alimentées par des trous noirs supermassifs qui en­gloutissent la matière environnante, ces galaxies à noyaux actifs pourraient effec­tivement jouer le rôle d’accélérateurs cosmiques, mais les scienti­fiques ignorent encore par quels mécanismes précis ils pourraient produire des niveaux d’énergie aussi élevés.

    La faible déviation de trajectoire (entre 3 et 6 degrés) provoquée par les champs magnétiques galactiques et extragalactiques suggère également que les rayons cosmiques sont plutôt composés de protons que de noyaux d’éléments plus lourds. Ces derniers possédant plus de charges électriques devraient être beaucoup plus fortement dé­viés. Mais là en­core, il est impos­sible de trancher, car ces champs magnétiques que l’on connaît très mal peuvent avoir une intensité plus faible que prévu et donc avoir une action moindre sur les particules chargées.

    http://www.lefigaro.fr/sciences/2007/11/09/01008-20071109ARTFIG00005-lorigine-mysterieuse-des-rayons-cosmiques-.php

  • Catégories : La cuisine

    Avocat aux câpres

    34926b0be01c1095b6943a444555036c.jpgPréparation: 5 minutes

    Ingrédient pour 4 personnes

    2 cuillère(s) à café d' huile d'olive
    - 2 cuillère(s) à café de poivre
    - 2 avocat(s)
    - 4 cuillère(s) à café de câpres
    - 1 endive(s)

    A la fourchette, écrasez grossièrement la pulpe des avocats avec 4 cuillères à café de câpres et 2 cuillères à café de poivre.
    Ajoutez 4 cuillères à café d'huile d'olive et salez.
    Lavez quatre feuilles d'endive.
    Servez la préparation dans le creux des feuilles.
    Bon à Savoir : huile d'olive
    Bon à Savoir : avocat(s)
    Bon à Savoir : endive(s)

     Pulpe

    Source: i-saveurs

  • Catégories : Des photographies

    le 8/11 à 11 h 12, Indonésie. Des milliers de villageois ont quitté leurs campements d'urgence pour retourner vivre sur les pentes d'un volcan indonésien de l'est de l'île de Java, dont l'activité est devenue moins menaçante, mais reste toujours acti

    886419a250ed64a3ae45db4e4f137c0a.jpg

    http://www.lefigaro.fr/photos/2007/11/08/01013-20071108DIAWWW00274-a-l-oeil-nu-dubai-san-antonio-photos.php

  • Catégories : Jeux, La peinture, Mes poèmes

    Je m'appelle Mona Lisa

    b6cd5436a25bb794b499c5e64f43e0e8.jpg

    Le sourire de la Joconde
    Plus de problème de connexion cette semaine mais une visite au Palais du Louvre et la contemplation de la Joconde. Ah ! Ce sourire énigmatique !
    Cette semaine, vous serez la Joconde du tableau de Léonard de Vinci et vous verrez défiler devant vous des badauds, des artistes en herbes, des histoires de coup d'œil, des loufoqueries, des amoureux, des gardiens, des photographes, des animaux etc. Vous pourrez aussi être seule dans la salle. Vous serez étonnée, surprise, blasée ou que sais-je. Vous devrez nous raconter ce qui se passe dans votre tête à ce moment. Récit, rêverie, fantasme, poésie, arts culinaires, aventure(s) avec d'autres personnages de tableau etc.
    Important : Ce texte devra être rédigé à la première personne. La narratrice sera donc la Joconde. Pas d'autres contraintes que celle-ci. Vous avez jusqu'au dimanche 18 novembre minuit pour nous faire parvenir vos participations en fichier joint. À vos plumes !
    http://www.impromptus.fr/dotclear/

    Source de l'image:Wikipedia

    MON POEME

    Je m’appelle Mona Lisa

    Et je suis florentine.
    Mais tout le monde
    Me connaît comme la Joconde
    Et tout le monde
    Connaît la Joconde.
    A tel point que
    Les visiteurs du Louvre
    Ne me regardent..

    Pas vraiment
    Pourtant
    Je leur souris souvent
    Depuis plus de 500 ans
    Que Vinci avec talent
    A fait mon portrait vivant
    En m’entourant
    De sfumato adoucissant

    Les contours et les traits de mon visage
    Les nimbant d’une ombre légère.
    Mon mystère s’accentue
    Avec la dissymétrie de la toile
    Et le paysage fantastique
    Derrière moi, me rend parfois mélancolique.
    Vinci n’a pas peint que mon visage
    Mais il a aussi peint mon âme.

    Le 12/11/2007

  • Catégories : Jeux, Mes poèmes

    Sport

    5d10826df5728e7840c9ca52a44bf930.jpg

    SPORT

    Souffler, souffrir, supporter
    Patiemment les douleurs diverses
    Occulter les crampes pour
    Repousser les limites et
    Transpirer ses peurs

    9/11/2007

    Pour rappel, voici la règle :
    § Choisir une image parmi toutes celles qui se trouvent ci-dessous (sachant qu'une même image peut-être choisie par plusieurs personnes),
    § Ecrire ce qu'elle vous inspire - souvenir, moment de votre vie, texte libre, poème...
    § Publier votre version sur votre blog,
    § & nous envoyer un petit message à equipedechoc@hotmail.fr afin de faire un lien de chez nous vers chez vous.
    Il n'y a pas de date limite d'inscription, ni de date limite de publication...
    Si vous souhaitez participer, inscrivez-vous ici via un com, en précisant l'image choisie.

    J' AI CHOISI LA PHOTO N°1 CI-DESSUS:

    http://lequipedechoc.over-blog.com/article-13571888-6.html#anchorComment

  • Catégories : La philosophie

    Michel Onfray

    d4235cdaf00f15c40c2fe5a31d688f18.jpgMichel Onfray

    La philosophie par Michel Onfray

     A l'occasion de la parution du quatrième tome de son Journal hédoniste et en exclusivité pour Lire, Michel Onfray propose, de A comme anarchie à Z comme Zoé, une introduction à ses idées et surtout un regard rafraîchissant et vivifiant sur le monde: on y croise Jacques Tati et Simone de Beauvoir, on y savoure la meilleure cuisine, on vibre au théâtre: bref, on fuit le ressentiment! Tant il est vrai que cette allégresse explique en bonne part la fantastique audience du philosophe.

    Mon abécédaire


    Anarchie

    Revendiquer son inscription dans la tradition anarchiste ne va pas sans mal... Car je dois faire face conjointement à la prévention conservatrice (l'anarchiste est toujours un poseur de bombe) et à la prévention corporatiste (les gardiens du Temple, les grands prêtres du dogme estampillent en cas de stricte orthodoxie dûment constatée par leurs soins). Dès lors, entre les deux mâchoires de cette tenaille, il ne fait pas bon se réclamer d'une étiquette qui compte moins pour moi que les actions libertaires que je mène dans ma vie de tous les jours, y compris et surtout dans les deux aventures d'Université Populaire qui me sollicitent quotidiennement - loin des bombes et des prêches du clergé anarchiste... Car il n'y a pas d'Anarchie mais seulement des preuves concrètes d'anarchisme. Dès lors, on trouve moins d'anarchistes au Monde libertaire, à Radio libertaire ou dans les prisons dans le secteur des terroristes, que sur le terrain, actifs et praticiens.

    Bonheur
    Un gros mot dans la philosophie du XXe siècle; un réel souci dans celle d'aujourd'hui, et c'est tant mieux... Je tiens Montaigne pour l'un des plus grands philosophes, si ce n'est le plus grand. Quel philosophe du siècle dernier, autrement dit celui de Sartre, a-t-il lu, médité, pensé les Essais avec l'attention qu'ils méritent encore aujourd'hui? Le christianisme ne fait plus recette, le marxisme non plus, tous deux étaient des métaphysiques clés en main ayant réponse à tout et dispensant de penser par soi-même: il suffisait de croire, d'adhérer. Tout cela a disparu.

    Reste le nihilisme qu'une sagesse pour nos temps riches de possibles peut supprimer. Le bonheur n'est pas une affaire égotiste et mièvre, mais une éthique qui est aussi une politique. Qu'Helvétius, qu'on devrait lire et relire (car il fonde un utilitarisme de gauche bien méconnu, ce que j'ai raconté dans mes cours à l'Université Populaire), se propose dans De l'esprit «le plus grand bonheur du plus grand nombre», voilà qui permet de dépasser les critiques habituellement faites à l'hédonisme assimilé à un égoïsme de jouisseurs ignorant autrui. Car le bonheur des autres n'est pensable que si on a réalisé le sien. La tâche de la philosophie consiste à retrouver l'esprit des sagesses antiques qui font du bonheur le souverain bien puis de continuer ensuite avec une politique qui soit la continuation de cette éthique (hédoniste) et sa réalisation communautaire.

    Source: Lire

  • Catégories : La philosophie

    Michel Onfray 2

    Cinéma
    J'ai du mal avec le cinéma que je trouve si souvent commercial et tellement sinistre quand il n'est pas commercial. Sinistre mais aussi abscons, confus, prétentieux, suffisant, ennuyeux... J'aime Tati que je trouve un bien plus grand philosophe que nombre de penseurs de l'époque dans sa critique de la société de consommation, sa satire de la modernité, sa violente ironie à l'endroit de la religion de l'objet et du gadget, sa prescience du basculement de la civilisation européenne vers le fameux modèle américain (sublime Jour de fête!), son talent pour mettre en scène l'incommunicabilité et le salut offert par la poésie de personnages lunaires... J'y trouve bien plus mon compte philosophique que chez Godard, par exemple, la figure emblématique du cinéma dit intellectuel. J'adore le Resnais de Mon oncle d'Amérique qui montre que la philosophie peut se marier intelligemment avec le cinéma pour le plus grand bonheur des deux disciplines. Et je rêve de passerelles et de ponts entre ces deux mondes.

    Je crois, par exemple, aux vertus possibles de biographies filmées de philosophes qui montreraient la vie philosophique en actes. J'ai d'ailleurs écrit un scénario de film (pour mesurer personnellement les potentialités d'un pareil projet) avec une vie de Nietzsche. Le texte paraîtra en librairie sous le titre L'innocence du devenir. Je pense que Socrate, Sénèque, Montaigne feraient entre autres sujets d'excellents prétextes à un cinéma philosophique. Ce qu'Alain Corneau a magnifiquement fait pour le compositeur baroque Marin Marais avec Tous les matins du monde montre que la philosophie entrant par les vies philosophiques et non par les seuls concepts dans les salles obscures offrirait une chance de dépasser le mot de Duchamp qui sonne comme un constat: «Anemic cinema»...

    Source: Lire

  • Catégories : Livre

    Cinema paradiso

    ÉTIENNE DE MONTETY.
     Publié le 11 octobre 2007
    Actualisé le 11 octobre 2007 : 12h53

    Éric Fottorino - Un roman plein de charme, sur un homme en quête de soi, dans un Paris enchanteur.

    UNE SALLE obscure : drôle d’endroit pour chercher sa mère. C’est pourtant là que Gilles Hector passe une partie de ses journées cherchant sur le visage des actrices qui défilent sur l’écran un indice, un signe de familiarité qui attesterait qu’elle est celle qui l’a mis au monde. En mourant, son père, Jean Hector, photographe de plateau, ne lui a pas laissé grand-chose, sinon un secret : il est le fruit d’une liaison de tournage – qui a tourné de façon inattendue.
    Son ADN est déposé sur une pellicule, reste à savoir laquelle.
    Gilles écume les cinémas de quartier, dévisage les seconds rôles, formule des hypothèses.
    Pour lui, la cinémathèque est une banque génétique. Il tente tout de même de vivre, de mener une vie qui ne soit pas projetée sur un mur, mais de chair et de sang. Sa rencontre avec Mayliss participerait plutôt du genre théâtral : accès de passion, bouderies, malentendus, réconciliations. On le sent : difficile d’aimer quand on n’a pas reçu de baiser d’une mère, eussent-ils été « de cinéma ».
    L’éternelle malédiction de l’homme
    Il y a du panthéon dans le roman d’Éric Fottorino et l’on n’entend pas par là qu’il se déroulerait dans un célèbre quartier parisien (ce serait plutôt l’île de la Cité qui aurait sa dilection). Mais les cinémas, les films, une maison d’édition dirigée par un savoureux personnage, tout dans le roman plein de charme exhale un parfum familier. Une espèce en voie de disparition, parisienne, du temps que ce mot désignait une forme d’élégance et non une caricature, exprime ses codes et ses goûts : les films de Truffaut, Charles Denner, la rue Monsieur-le- Prince, le Flore-en-l’Ile. Il doit bien se nicher un roman de Modiano quelque part, que l’on n’aura pas relevé. Plus profondément, Fottorino a écrit une enquête. Moins sur les origines, que sur l’amour et le mystère de l’être. Il dit à ce sujet des choses très simples. Sans appuyer, sans clin d’oeil à Sophocle, il met au jour l’éternelle malédiction de l’homme. Comme il y a deux mille cinq cents ans, celui-ci est aveugle et se démène comme il peut, cherchant le bonheur, le salut, le paradis. Le cinéma ne lui est qu’une maigre consolation – un divertissement aurait dit Pascal (pas Thomas, Blaise). 
    Baisers de cinéma d’Éric Fottorino Gallimard, 190 p., 14,50 €
  • Catégories : Paysages amoureux et érotiques

    Quelques commentaires sur mon dernier livre

    951615f915e850aab5c63a348657691f.jpg

    Elisabeth dans une note sur son blog:http://boulevarddesresistants.hautetfort.com/archive/2007/11/08/le-livre-de-laura-vanel-coytte-collection-arabesque.html

    Monette(http://chezmonette.hautetfort.com/) l'a reçu aussi et a dit chez Elisabeth sous cette note que c'était de la bonne lecture."
    Et chez moi:"C'est un excellent recueil de poemes dont j'en connaissais dejà les ayant lu ici."

    Ambroise l'a reçu mais je ne sais pas si elle a eu le temps de le feuilleter.

    Enfin, Irène sur le site de l'éditeur:"Il est émouvant et émoustillant. Je le conseille à tous ceux qui lisent ce commentaire." Je crois avoir lu chez elle (http://www.mamirene.com/)qu'elle avait aimé le dernier texte.

    Vous pouvez acheter ce recueil ici:

    http://www.thebookedition.com/paysages-amoureux-et-erotiques-laura-laura-p-143.html

  • Catégories : Jeux, Mes poèmes

    Courir

    1554019c7defc2bc19ee0c15690b9512.jpgCOURIR

    Courir à toutes jambes, fuir
    Ventre à terre, s’affranchir
    De ses problèmes, partir
    Sans se retourner mais revenir
    Pour courir vers toi, adoucir
    Notre vie sans l’affadir.
    Courir à perdre haleine, emplir
    Sa tête de vent pour faire déguerpir
    Le désespoir, l’envie de mourir.

    Le 9/11/2007

    Suite à la consigne de l'Equipe de choc:http://lequipedechoc.over-blog.com/article-13571888-6.htm...

  • Catégories : Sport

    Mormeck face à Haye, un choc au sommet

    8e0f97dff39609fba25a42046a6a1c14.jpg

    Blaise de Chabalier
    10/11/2007 | Mise à jour : 23:22

    Les deux boxeurs à la pesée, hier soir. En affrontant Haye (avec le chapeau), qui a mis K.-O. 18 des 19 adversaires qu’il a battus, Mormeck n’a pas choisi la facilité.
    Le Français Jean-Marc Mormeck remet en jeu ses ceintures WBA et WBC des lourds légers, samedi soir face au Britannique David Haye.
    Suspense avant le championnat du monde des lourds légers qui opposera, ce soir à Levallois-Perret, Jean-Marc Mormeck à David Haye. Qui du Français de 35 ans, champion WBA et WBC, ou de l’Anglais David Haye, étoile montante de 27 ans, l’emportera ce soir dans un Palais des sports Marcel-Cerdan plein à craquer ? Si le Guadeloupéen a engrangé un maximum de confiance en reprenant ses ceintures en mars dernier au Jamaïquain O’Neil Bell, le Britannique au visage sympathique n’en est pas moins un redoutable puncheur. Sur ses 19 victoires en 20 combats, il a mis 18 fois ses adversaires K.-O. … Dans ce match qui devrait démarrer vite et fort entre deux hommes qui vont de l’avant, difficile de donner un favori.

    «Ce sera un combat dur pour lui comme pour moi. Je suis motivé, j’ai repris mes ceintures et je tiens à les conserver», déclarait Jean-Marc Mormeck mercredi lors de la conférence de presse d’avant-match, qui se tenait dans un climat particulièrement détendu, presque amical. Le Français affichait une belle détermination : «Il est prêt et moi aussi. Je me sens fort, plus fort que contre Bell, et quoi qu’il arrive j’assumerai comme je l’ai toujours fait», poursuivait le champion d’expérience (36 combats, 33 victoires) qui soulignait ensuite qu’il avait progressé depuis sa revanche victorieuse mais difficile face à O’Neil Bell.

    «Face à Bell, j’avais terminé à l’agonie, mais depuis j’ai beaucoup travaillé. J’ai notamment engagé de nouveau mon préparateur physique qui était absent lors de mon dernier match. Aujourd’hui, je pense que je peux tenir largement les 12 rounds.» Pour tenir la distance, le Guadeloupéen pourra compter sur sa préparation particulièrement poussée de sept semaines, dont deux en altitude à l’Alpe-d’Huez, et sur les conseils techniques de son coach américain Richie Giachetti, bien remis d’une attaque cardio-vasculaire survenue le 18 octobre dernier.


    «Je vais sortir comme une bombe dès le premier round»

    De son côté, David Haye, tout sourire, avec ses cheveux soigneusement tressés, se montrait particulièrement respectueux vis-à-vis de son adversaire. «J’ai commencé à boxer à l’âge de 10 ans, et quand Mormeck a remporté son premier titre mondial (en 2002), j’étais encore amateur… c’est un grand champion, il est le numéro un et moi le numéro deux. Le match va être dur, nous avons la même façon de combattre. Mormeck est rapide, en forme. Mais je vais sortir comme une bombe dès le premier round… Je suis en forme et je n’aurai pas d’excuse si je ne gagne pas », confiait le Britannique qui est un poids lourd naturel. «J’ai perdu 15 kg pour atteindre les 90 kg requis », précisait-il.

    «Je vais devoir m’adapter, la clé pour moi sera de m’imposer, que ce soit physiquement ou techniquement», glissait Jean-Marc Mormeck. L’Antillais devra notamment se méfier du direct du droit de son challenger officiel. «Quand je frappe du droit, une sensation de chaleur m’envahit, c’est le don que Dieu m’a offert…», expliquait David Haye. Pas de quoi, toutefois, impressionner le champion du monde : «J’ai les ceintures et je ne vois pas pourquoi il serait plus fort que moi. Avec David, on ne se connaît pas encore, mais on va se découvrir…»

    Interrogés sur le calme affiché avant le match, à la différence de l’agressivité qui avait entouré la revanche face à Bell, Jean-Marc Mormeck soulignait que «B ell n’était pas un gentleman», et qu’avec Haye les choses sont différentes : «Nous sommes là pour un combat sur le ring, mais pas pou r nous faire la guerre en dehors. »

    Une position partagée par le Britannique, qui ajoutait, non sans humour : «Si vous voulez, je peux renverser la t able, mais ce n’est pas mon style…» Reste à laisser parler les poings. Et si les sites de paris sportifs sur Internet du Royaume-Uni donnent l’Anglais vainqueur, Jean-Marc Mormeck fera parler son expérience. Le combat devrait être palpitant.

    http://www.lefigaro.fr/sport/2007/11/10/02001-20071110ARTFIG00215-mormeck-face-a-haye-un-choc-au-sommet.php

  • Catégories : Sport

    Six clubs français à la conquête de l'Europe

    72768bcfd6e29d16d14d3ef84aef702f.jpg

    David Reyrat
    10/11/2007 | Mise à jour : 22:02 |

    Le Stade Français et Toulouse, adversaires samedi dernier en Top 14, porteront avec Biarritz les principaux espoirs français sur la scène continentale. Crédits photo : AFP
    De Toulouse, candidat au titre européen, à Bourgoin, participant résigné, la délégation tricolore nourrit des ambitions diverses.
    Trente mois de disette. Depuis le troisième sacre du Stade Toulousain, en 2005, aucun club français n’a remporté la Coupe d’Europe. Et pour la première fois depuis la création de la compétition, en 1996, aucun club français n’est parvenu la saison dernière à se hisser dans le dernier carré, laissant les Anglais s’expliquer en finale pour une victoire des Wasps aux dépens de Leicester. Six clubs français sont au départ de cette treizième édition particulièrement relevée. Pour s’imposer, le 24 mai à Cardiff, il faudra venir à bout des redoutables clubs anglais, repousser les provinces irlandaises qui n’ont que cet objectif en tête, mater des franchises galloises aux ambitions retrouvées. Tour d’horizon des espoirs français.

    Toulouse, l’Europe en héritage. Vainqueur de la première édition et seul club à avoir inscrit trois fois son nom au palmarès (1996, 2003, 2005), le Stade Toulousain est un Européen convaincu. D’où la colère de Guy Novès. «C’est un manque de respect de lancer cette compétition après seulement deux semaines de préparation, s’insurge le manager. Comme nous comptons beaucoup de mondialistes dans notre effectif, nous n’avons pas eu le temps de mettre notre jeu en place. Vu la composition de notre poule, ce serait présomptueux d’annoncer qu’on sera champion. Mais, comme chaque année, on va jouer notre chance à fond .» Ses adversaires : Leicester (Ang), Leinster (Irl), Edimbourg (Eco).

    Paris, l’ultime quête. Cinq fois champion de France depuis son retour dans l’élite, il y a dix ans, le Stade Français connaît moins de réussite sur la scène européenne. Deux finales perdues (2001 et 2005) pour «une grande frustration». «On a de plus en plus envie de ce titre, le seul qui nous manque, avoue Max Guazzini, le président parisien. Je me dis que ça arrivera bien un jour. Cette année ? Je ne sais pas. On a beaucoup de blessés et on n’est pas prêts physiquement. Vivons l’aventure à fond et on verra jusqu’où elle nous mènera …» Ses adversaires : London Harlequins (Ang), Bristol (Ang), Cardiff (Gal).

    Biarritz, par amour du jeu. Finaliste malheureux en 2006, le BO rêve d’une consécration européenne. Un espoir sans garantie. «Il y a de plus en plus de candidats à la victoire finale», souligne Patrice Lagisquet. Ce qui n’empêche pas l’entraîneur d’apprécier cette épreuve. «Si tu n’es pas ambitieux dans le jeu, tu n’existes pas en Coupe d’Europe. On a une poule relativement facile, mais l’obligation de gagner en inscrivant quatre essais oblige à avoir des ambitions offensives. C’est enthousiasmant !» Ses adversaires : London Saracens (Ang), Glasgow (Eco), Viadana (Ita).

    Perpignan, pour voir Barcelone. Très attaché à son identité catalane, l’Usap brûle d’imiter Biarritz qui s’exporte avec bonheur au Pays basque espagnol, à Saint-Sébastien. «Notre ambition première est de terminer parmi les quatre meilleurs pour réaliser notre rêve de jouer notre quart de finale dans un grand stade à Barcelone , confirme Jacques Brunel, le manager de Perpignan. Ça fait deux ans qu’on rate de peu cet objectif. Notre poule semble abordable. Mais le premier tour est un sprint qui n’autorise aucune erreur…» Ses adversaires : London Irish (Ang), Newport (Gal), Trévise (Ita).

    Clermont, en pensant au Brennus . Après deux ans d’absence, le club auvergnat retrouve la Coupe d’Europe avec la simple envie de «se jauger face à ce qui se fait de mieux en Europe », avoue l’ailier Julien Malzieu. Une ambition modeste doublement justifiée. Le niveau de l’opposition (les deux derniers lauréats plus Llanelli, demi-finaliste la saison dernière) et la priorité donnée à ce titre de champion de France qui se refuse obstinément (huitième finale perdue en juin dernier). Ses adversaires : London Wasps (Ang), Munster (Irl), Llanelli (Gal).

    Bourgoin, en formation accélérée . Le bilan européen des Isérois est catastrophique : trois victoires pour 21 défaites (dont troiscontre des clubs italiens…) depuis quatre ans ! La dernière campagne n’a pas dérogé à la règle : aucune victoire en six matchs… «Ce n’est pas le grand amour entre nous et l’Europe , reconnaît l’entraîneur, Pierre Raschi. Au très haut niveau, on a du mal à exister, quand on perd, année après année, tous nos grands joueurs formés au club (Chabal, Nallet, Papé, Fritz, Bonnaire). Nous souhaitons seulement rester invaincus chez nous et grandir. Face à tous ces joueurs internationaux, nos jeunes vont progresser plus vite…» Ses adversaires : Gloucester (Ang), Ulster (Irl), Swansea Ospreys (Gal).

    http://www.lefigaro.fr/sport/2007/11/10/02001-20071110ARTFIG00213-six-clubs-francais-a-la-conquete-de-leurope-.php

  • Catégories : Le patrimoine

    Le salon du patrimoine culturel sous le signe de l’environnement

    e9c86fe54ef4388c5d7f1ac95bcf49a6.jpg

    Le salon du patrimoine culturel s’ouvre ce jeudi à Paris. Pendant quatre jours, les professionnels français et européens vont échanger sur la restauration, la conservation et la mise en valeur du patrimoine.


    250 exposants sont réunis au Carrousel du Louvre à Paris pour le salon du Patrimoine Culturel. Du 8 au 11 novembre, restaurateurs et entreprises d’art, prescripteurs, maîtres d’œuvre, collectivités territoriales, fournisseurs de matériaux et de produits immobiliers se retrouvent autour du thème "patrimoine et environnement".

    Les débats porteront notamment sur la protection des centre historiques des villes, l’équilibre entre développement industriel et préservation du patrimoine urbain, les rapports entre architecture et urbanisme ou encore la préservation des matériaux rares.

    L’édition 2007 du salon né en 1995 met l’accent sur l’Europe avec la présence de l’Italie, de l’Espagne, de la Hollande et de la Russie. En effet, cette dernière participera au salon pour la deuxième fois, en partenariat avec l’association Un jour, Un artisan. Elle sera représentée par des artistes, artisans et restaurateurs qui exposeront des œuvres réalisées dans un matériau naturel, traditionnel pour la Russie : le bois (ébéniste, coutelier, tourneur en bois).

    Chauffeuse géante Napoléon III

    Quelques curiosités sont visibles sur le salon telles un modèle exceptionnel de Citroën 15/6, entièrement restaurée par la carrosserie Lecocq. Mais aussi une chauffeuse géante, réalisée par un collectif d’artisans de l’ameublement du Tarn. Cette chaise à cousin inspirée d’une chauffeuse de style Napoléon III mesure 2,50 m de hauteur pour 1,40 m d’assise. Ou encore de la vaisselle en ambre écologique, réalisée par les fabricants d’ambre de Moscou.

    La première remise officielle du label européen Qualicities pour la gestion durable des villes d’histoire aura lieu à l’occasion du salon. Ce label créé à l’initiative de l’Alliance des Villes Européennes de Culture (Avec) récompense les politiques de développement durable des villes et territoires historiques en Europe. Les premières villes lauréates sont Anderlecht (Belgique), Arles (France), Birgu (Malte), Evora (Portugal) et Vienne (France).


    http://www.maisonapart.com/edito/travaux-le-salon-du-patrimoine-culturel-sous-le-signe-de-l-862.php

  • Catégories : Jeux, Mes poèmes

    Marcher

    2a33f4cf5c822e3aac77e8a99727d775.jpg

    Marcher

    Marcher au hasard, s’égarer
    Marquer jusqu’à épuiser
    Ses jambes, sa tête, ses pieds
    Marcher, trébucher, tomber, se relever
    Marcher en chantant, enchanté
    Par l’art déco des maison usées
    Ecouter le parfum des bougainvillées
    En marchant sur les trottoirs accidentés
    Marcher au hasard, s’égarer
    Ne plus sentir ses pieds
    Mais marcher encore, lever
    Les yeux vers le ciel azuré.

    Le 9/11/2007

    Suite à la consigne de l'Equipe de choc:http://lequipedechoc.over-blog.com/article-13571888-6.htm...

  • Catégories : Baudelaire Charles, Goethe Johann Wolfgang von

    Goethe et Baudelaire 2

    Suite de:http://www.lauravanel-coytte.com/archive/2007/10/24/goethe-et-baudelaire.html#comments

    Roger Bauer pense que Baudelaire s’est souvenu des deux versions de la Chanson au moment de rédiger ses Invitations au voyage (FM et SP).


    Il est un pays superbe, un pays de Cocagne, dit-on, que je rêve de visiter avec une vieille amie. Pays singulier, noyé dans les brumes de notre Nord, et qu'on pourrait appeler l'Orient de l'Occident, la Chine de l'Europe, tant la chaude et capricieuse fantaisie s'y est donné carrière, tant elle l'a patiemment et opiniâtrement illustré de ses savantes et délicates végétations.
    Un vrai pays de Cocagne, où tout est beau, riche, tranquille, honnête; où le luxe a plaisir à se mirer dans l'ordre; où la vie est grasse et douce à respirer; d'où le désordre, la turbulence et l'imprévu sont exclus; où le bonheur est marié au silence; où la cuisine elle-même est poétique, grasse et excitante à la fois; où tout vous ressemble, mon cher ange.
    Tu connais cette maladie fiévreuse qui s'empare de nous dans les froides misères, cette nostalgie du pays qu'on ignore, cette angoisse de la curiosité? Il est une contrée qui te ressemble, où tout est beau, riche, tranquille et honnête, où la fantaisie a bâti et décoré une Chine occidentale, où la vie est douce à respirer, où le bonheur est marié au silence. C'est là qu'il faut aller vivre, c'est là qu'il faut aller mourir!
    Oui, c'est là qu'il faut aller respirer, rêver et allonger les heures par l'infini des sensations. Un musicien a écrit l'Invitation à la valse; quel est celui qui composera l'Invitation au voyage, qu'on puisse offrir à la femme aimée, à la soeur d'élection?
    Oui, c'est dans cette atmosphère qu'il ferait bon vivre, - là-bas, où les heures plus lentes contiennent plus de pensées, où les horloges sonnent le bonheur avec une plus profonde et plus significative solennité.
    Sur des panneaux luisants, ou sur des cuirs dorés et d'une richesse sombre, vivent discrètement des peintures béates, calmes et profondes, comme les âmes des artistes qui les créèrent. Les soleils couchants, qui colorent si richement la salle à manger ou le salon, sont tamisés par de belles étoffes ou par ces hautes fenêtres ouvragées que le plomb divise en nombreux compartiments. Les meubles sont vastes, curieux, bizarres, armés de serrures et de secrets comme des âmes raffinées. Les miroirs, les métaux, les étoffes, l'orfèvrerie et la faïence y jouent pour les yeux une symphonie muette et mystérieuse; et de toutes choses, de tous les coins, des fissures des tiroirs et des plis des étoffes s'échappe un parfum singulier, un revenez-y de Sumatra, qui est comme l'âme de l'appartement.
    Un vrai pays de Cocagne, te dis-je, où tout est riche, propre et luisant, comme une belle conscience, comme une magnifique batterie de cuisine, comme une splendide orfèvrerie, comme une bijouterie bariolée! Les trésors du monde y affluent, comme dans la maison d'un homme laborieux et qui a bien mérité du monde entier. Pays singulier, supérieur aux autres, comme l'Art l'est à la Nature, où celle-ci est réformée par le rêve, où elle est corrigée, embellie, refondue.
    Qu'ils cherchent, qu'ils cherchent encore, qu'ils reculent sans cesse les limites de leur bonheur, ces alchimistes de l'horticulture! Qu'ils proposent des prix de soixante et de cent mille florins pour qui résoudra leurs ambitieux problèmes! Moi, j'ai trouvé ma tulipe noire et mon dahlia bleu!

    Fleur incomparable, tulipe retrouvée, allégorique dahlia, c'est là, n'est-ce pas, dans ce beau pays si calme et si rêveur, qu'il faudrait aller vivre et fleurir? Ne serais-tu pas encadrée dans ton analogie, et ne pourrais-tu pas te mirer, pour parier comme les mystiques, dans ta propre correspondance?
    Des rêves! toujours des rêves! et plus l'âme est ambitieuse et délicate, plus les rêves l'éloignent du possible. Chaque homme porte en lui sa dose d'opium naturel, incessamment sécrétée et renouvelée, et, de la naissance à la mort, combien comptons-nous d'heures remplies par la jouissance positive, par l'action réussie et décidée? Vivrons-nous jamais, passerons-nous jamais dans ce tableau qu'a peint mon esprit, ce tableau qui te ressemble?
    Ces trésors, ces meubles, ce luxe, cet ordre, ces parfums, ces fleurs miraculeuses, c'est toi. C'est encore toi, ces grands fleuves et ces canaux tranquilles. Ces énormes navires qu'ils charrient, tout chargés de richesses, et d'où montent les chants monotones de la manoeuvre, ce sont mes pensées qui dorment ou qui roulent sur ton sein. Tu les conduis doucement vers la mer qui est l'infini, tout en réfléchissant les profondeurs du ciel dans la limpidité de ta belle âme; - et quand, fatigués par la houle et gorgés des produits de l'Orient, ils rentrent au port natal, ce sont encore mes pensées enrichies qui reviennent de l'Infini vers toi.(SP)

    http://baudelaire.litteratura.com/le_spleen_de_paris.php?rub=oeuvre&srub=pop&id=156

    Cet article est un prolongement des recherches entreprises pour mon mémoire de maîtrise en vente sur Lulu:http://stores.lulu.com/store.php?fAcctID=617288

  • Catégories : L'art

    Un artiste à (re) découvrir:John Ruskin

    7f9d6c4eeb82386066a999a21b603ea5.jpg

    John Ruskin (8 février 1819 - 20 janvier 1900) est un écrivain, poète, peintre et critique d'art britannique, issu d’une famille d’origine écossaise.

    Fils d'un fabriquant de xérès, il naît à Londres et suit ses études à l'université d'Oxford. Grâce à la fortune dont il bénéficie, il visite de nombreux musées, étudie la peinture. Élevé dans une tradition évangélique qui interprète le monde comme le signe du divin, Ruskin voit dans la nature l'expression de Dieu. Il la connaît bien du reste, et surtout la montagne: dans sa jeunesse il s'est intéressé aux minéraux, qu'il a collectionnés et classés, ce qui l'a amené à étudier sérieusement la géologie.

    Il dévoile au grand jour des talents comme Turner et participe à l'émergence publique du préraphaélisme, à chaque fois grâce à ses articles critiques. Membre du mouvement des pré-raphaélites, il est l'auteur d'un livre, The Stones of Venice (1853), qui a un impact sur la société victorienne dans sa tentative de relier l'art, la nature, la moralité et l'homme, et qui le désigne comme le fondateur du mouvement Arts & Crafts, alors que William Morris, dont il a été le mentor, en devenait le chef de file. Par ses écrits et son audience, par son combat pour ressusciter l'artisanat moribond au Royaume-Uni, il est un précurseur de l'Art Nouveau.

    John Ruskin s'oppose dès 1849 avec ferveur aux conceptions de l'architecte Viollet-le-Duc, pour qui l'architecture doit former un tout homogène, au mépris de l'histoire et de l'intégrité du monument. Dans les Sept Lampes de l'Architecture, Ruskin définit l'architecture comme un être humain qu'il faut soutenir (en le restaurant le moins possible) mais qu'il faut aussi laisser mourir. Ainsi apparaissent deux visions de la restauration du patrimoine bâti. Ruskin sera soutenu par William Morris prônant la « non-restauration » avec la « Société pour la protection des bâtiments anciens ». L'engagement de Ruskin contre la restauration tient souvent de la ferveur militante : on recense plus de 1200 lettres qu'il envoie à ce sujet.

    De 1870 à 1878, il est le premier titulaire de la chaire Slade de l'université d'Oxford, fondée en 1869 dans trois universités différentes (Oxford, Cambridge et Londres), et destinée à l'enseignement des beaux-arts en Grande-Bretagne. La chaire Slade d'Oxford est aujourd'hui encore surnommée la « chaire John Ruskin ». (Parmi les successeurs de Ruskin, on peut citer notamment John Pope-Hennessy, Kenneth Clark et Anthony Blunt.)

    Son extraordinaire goût pour tout type d'art l'amenait à apprécier aussi bien les peintres primitifs italiens que les pre-raphaélites britanniques ou Turner. Il fut un grand propagandiste des arts.

                                                                    

    John Ruskin: Étude de gneiss, Glenfinlas 1853, crayon, encre et lavis à l'encre de Chine sur papier, Ashmolean Museum, Oxford

    4d221f833ecd280e244602dcfe98e71b.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Ses idées se popularisèrent à travers ses livres qui influencèrent le mouvement Arts and Crafts - Arts et Métiers - qui se caractérise par un retour à la nature, des formes gracieuses, ondulées, délicates, d'un charme doux, dans lesquelles on trouve fréquemment des végétaux, des fleurs, des insectes, des poissons, des sirènes, des dragons et des oiseaux de couleurs et de queues spectaculaires.

    Si Ruskin est connu surtout comme critique d'art, c'est aussi un aquarelliste de talent. Il est aussi connu pour son essai Unto This Last sur l'économie.

    Une anecdote sur John Ruskin : Poil_pubien (section Culture/Attitude).

    Bibliographie

    • Modern Painters (1843)
    • The Seven Lamps of Architecture (1849)
    • Pre-Raphaelitism (1851)
    • The Stones of Venice (1853)
    • Architecture and Painting (1854)
    • Modern Painters III (1856)
    • Political Economy of Art (1857)
    • Modern Painters IV (1860)
    • Unto this Last (1862)
    • Essays on Political Economy (1862)
    • Bible of Amiens (1885), traduction en français de Marcel Proust
    • Time and Tide (1867)

    Sources

    • Victorian Painting, Julian Treuherz, Thames and Hudson 1993

    Liens externes

  • Catégories : Mes textes publiés

    CES TEXTES SERONT PUBLIES DANS LA REVUE ACACIA EN DECEMBRE 2007

    8c17abc74407e745a995610dcc9f85c6.jpg

    As-tu déjà regardé

    Les nuages dans le ciel ?

    Ils se battent avec le soleil

    Pour ton regard émerveillé.



    Les nuages apaisent

    Ce que le soleil consume

    Là aussi est leur force

    Et aussi leur faiblesse.

    Car on ne sort pas vainqueur

    D’une telle lutte :

    Le soleil vient du cœur

    Et de la raison il se moque.

    Déjà primé au Concours Orage-Lagune-Express 2002.

    La foi

    Une kyrielle de mots,
    Une kyrielle d’oiseaux,
    Qui volent autour de moi
    Pour me donner la foi ;

    La foi en la beauté,
    La flamme de la vérité.
    Y croire encore,
    Voyager dans l’espace ;

    L’espace inspiré d’une utopie
    Qui ressemblerait à la vie.
    Au bout du voyage,
    Trouver la nuance

    Parfaite de l’amour ;
    Ne pas rester sourd
    A la kyrielle de mots
    A la kyrielle d’oiseaux,

    Qui chantent autour de moi
    Et me redonner la foi
    De chercher encore demain
    Quelqu’un.

    Poète du mois de février 2004

    L'hiver est là.



    L’hiver est là et les fleurs
    Dorment derrière leurs vitres épaisses
    Des yeux s’ouvrent et se promènent
    Pourquoi tant de mots
    Alors qu’un seul suffit.

    N’y a t-il que les mains
    Qui savent ce qu’elles
    Doivent faire et des lèvres moqueuses
    Font plus mal qu’un adieu.

    L’hiver est là et pourtant
    Rien n’est triste pour les fleurs qui rient
    Et la prison inspire parfois
    Celui qui craint le mot fin.
    N’y a-t-il que les bruits
    Qui font peur aux oiseaux

    N’y a-t-il que l’amour
    Pour faire autant pleurer
    Dis-moi vite que j’arrête
    De penser à toi et à tes yeux

    Déjà primé aux Jeux Floraux de Montferrier 2001

    Cyril. C

    Comment vous dire à Vous qui ne me connaissez pas à quel point Vous voir partir, presque sur la ponte des pieds m’a fait mal.
    Inconnu de beaucoup de gens, Vous êtes maintenant unanimement reconnu et admiré. Vous serez bientôt ou vous êtes déjà oublié.
    La mort joue souvent ce genre de tour.
    La mort Vous a volé la vie – Moi elle m’a volé un ami. Je demande aux gens de m’excuser de ne plus arriver à sourire car c’est seulement la deuxième fois que je perds un ami. Alors je n’ai pas encore l’habitude.
    Je suis un peu cynique. Ca va, je crois que ça fait élégant. Vous m’avez fait croire un instant que vous alliez rester auprès de moi, m’accompagner dans ma vie encore longtemps.
    Et puis partir comme ça sans me prévenir, alors là excusez-moi, mais c’est Vous qui n’êtes pas très élégant et pas très poli.
    J’aurais applaudi vos futurs succès, j’aurais lu vos futurs livres et si par hasard, l’oubli vous avait englouti, moi j’aurais encore cru en vous. Ce n’est même plus de la fidélité, c’est de la rage mais « qui peut dire exactement ce qu’est la rage ? »
    Mais « un grand oiseau noir qui a perdu la mémoire » est passé par là et a oublié encore une fois de trop que certaines personnes ont trop de talent pour partir comme ça. Dites-lui que Monsieur Truffaut et Vous, vous me manquez et puis surtout dites-moi bonjour de temps en temps. Sinon je penserais sûrement que vous regrettez de m’avoir donné tant d’émotions.

    Au revoir.

    Déjà primé au Jeux Floraux de Montferrier en 1999

  • Catégories : Paysages amoureux et érotiques

    Merci

    af3de132ad46c5b9f5428c52bac98998.jpg

    Merci à Elisabeth pour la gentille note qu'elle a fait sur son blog:http://boulevarddesresistants.hautetfort.com/archive/2007/11/08/le-livre-de-laura-vanel-coytte-collection-arabesque.html#comments

    Profitez-en pour découvrir son blog et commander ses livres.

    Merci aussi pour les gentils commentaires sur mon livre à Monette:

    http://chezmonette.hautetfort.com/ dont vous découvrirez le talent.

    et à Irène:http://www.mamirene.com/

    dont vous pourrez aussi acheter le livre.