Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 2

  • Catégories : Des femmes comme je les aime

    J'ai lu et adoré:"La Touche étoile" de Benoîte Groult

    TOPUCHE 2TOILE.jpg

    « On est vieux dans le regard des autres bien avant de l’être dans le sien »

    Ni Dieu, ni diable, Moïra, dans la mythologie grecque représente la destinée. Et c'est elle qui dans ce roman, observe, commente, juge et parfois intervient dans la vie des personnages. Amoureuse de l'existence terrestre qu'elle ne connaîtra jamais, elle s'attache à faire advenir l'improbable chez ses protégés en brouillant les cartes quand elle les juge mal distribuées. Ainsi Marion, qui s'est mariée en espérant former un couple moderne, respectueux de la liberté de l'autre, découvrira qu'on souffre comme au temps de Racine même si on a signé le contrat de Sartre et Beauvoir. Mais Moïra veille et lui fera vivre, en marge, une liaison passionnée et inattendue avec un Irlandais un peu fou, un peu poète comme les Celtes le sont si souvent. Sa mère Alice, 80 ans, journaliste féministe de choc, grand-mère indigne et pourtant tendre, s'est jurée de ne pas se laisser déborder par la vieillesse. Un défi osé, que Moïra invisible et présente, l'aidera à relever avec panache. Alice affrontera son âge avec une lucidité impitoyable et un humour décapant, dans un monde où le 'jeunisme' est érigé en valeur et ou 'vieillir est un délit'. Jusqu'au jour où...

    Lire la suite

  • Catégories : Des lieux

    Grimpette du 17 août 2008: Château de Crussol

    Crussol_2003-11-01_010.jpg

    Le château de Crussol est un château (maintenant en ruines) construit en pierres calcaires au début du XIIe siècle sur une hauteur dominant la vallée du Rhône, juste en face de Valence. Il est situé sur la commune de Saint-Péray dans le département de l'Ardèche.

     

    Sommaire

    Situation

    Posé sur la crête de la colline de Crussol, au bord d'une falaise de plus de 200 mètres de haut, le château domine Saint-Péray à l'Ouest, Guilherand-Granges et Valence à l'Est. Le site s'étend sur 3 hectares, il comprend la Villette, un ensemble composé d'une centaine de maisons, et le château lui-même au sommet de la colline, le tout ceinturé par des remparts encore bien visibles.

    Lire la suite

  • Catégories : La poésie

    Un entretien avec Yves Bonnefoy

    L_Bonnefoy.jpg

    «Nous sommes de simples étincelles»

    Par Didier Jacob

    L'un de nos plus grands poètes confie, à l'occasion de la parution de plusieurs recueils, sa dette à Jules Verne, et raconte son engouement de jeunesse pour le surréalisme. Explications

     

     
    L. Bonnefoy
    Né le 24 juin 1923 à Tours, Yves Bonnefoy est l'auteur de très nombreux ouvrages de poésie, d'essais sur la poésie et la peinture, et de traductions (notamment Shakespeare et Yeats). Il est professeur honoraire au Collège de France.

    De son bureau du Collège de France, Yves Bonnefoy règle ses affaires courantes, qui sont celles de la poésie. Des contributions (les demandes affluent du monde entier), la réédition de textes, augmentés d'une longue introduction, qui datent de la fin des années 1940 (le magnifique «Cœur-Espace»), un recueil plus récent enfin, «la Longue Chaîne de l'ancre», où, magicien sans tours ni baguette, notre discret professeur transforme en or ce qu'il décrit. Bonnefoy poète majeur? Voici pourquoi.

     

    Le Nouvel Observateur. - Pour commencer, pourquoi préférez-vous, en règle générale, répondre par écrit aux questions des journalistes?

    Yves Bonnefoy. - Parce que cela me permet de mieux dire ce que je pense. La simple conversation est trop rapide, elle incite à des idées, à des arguments que l'on a tout prêts dans l'esprit, et c'est aux dépens de ce que révélerait le temps de la réflexion. J'ai l'esprit de l'escalier, comme on dit. Et, de surcroît, je crois comme Cézanne qu'il n'est de vérité que dans la nuance.

    N. O. - Vous êtes issu d'un milieu modeste, une famille d'instituteurs, notamment. Pouvez-vous, en quelques mots, nous parler de votre père, qui semble associé, écrivez-vous dans l'introduction au «Traité du pianiste», au souvenir de Jules Verne?

    Y. Bonnefoy. - Ma mère était institutrice, fille d'un maître d'école de village, il y avait donc de son côté une certaine habitude de la chose écrite. Mais mon père était un ouvrier, ce qui lui donna, je le crains, le sentiment qu'il n'appartenait pas au même monde et fit qu'il se tint un peu en retrait de la vie familiale, et non sans tristesse. Je le voyais rentrer du travail, silencieux, il me semblait qu'il imaginait que même l'enfant que j'étais ne pourrait parler avec lui. Et c'est pour cela comme en effet je l'ai écrit récemment qu'ont tant compté pour moi «les Enfants du capitaine Grant», le magnifique roman de Jules Verne. Dans ce livre, un père manque. Il a été abandonné sur un rivage désert, aux antipodes, et ses enfants, son fils surtout, veulent le retrouver, mais c'est difficile car les messages qu'il a envoyés ont été brouillés par l'eau de la mer et sont partiellement illisibles. J'ai fait mienne cette situation, j'ai voulu retrouver ce père laissé à son silence, et comme bientôt le mien serait mort, je crois qu'une des raisons que j'ai eues d'écrire, et d'écrire comme je fais, ce fut mon désir de lui donner la parole, de faire qu'il parlerait à travers moi.

    N. O. - Vous avez grandi dans un «milieu de peu de livres», livres qui vous ont cependant tôt fait apercevoir, comme vous l'écrivez si joliment, au bord des mots, une «irisation». Pouvez-vous être plus précis? Quels livres vous ont marqué, enfant?

    Y. Bonnefoy. - Je ne me plains pas de ne pas avoir grandi dans une maison de beaucoup de livres. C'est vrai qu'il y en avait assez peu chez mes parents, en tout cas qui fussent dignes de ce nom, mais chacun d'eux avait de ce fait même la capacité de déployer librement son être de livre, au sein duquel se découvrait un second niveau dans la parole. Qu'un livre soit seul ou presque à solliciter un enfant, dans l'enfance, et ses mots s'élargiront, s'approfondiront, ils se feront les moyens de rêver à un réel autre que le nôtre ordinaire. C'est une expérience métaphysique que ne permettent pas comme telle, ils ont d'autres soucis, les grands livres de la littérature. J'ai peu lu dans l'enfance, pas une ligne de ses classiques, Alexandre Dumas, par exemple, qui est toujours inconnu de moi; et j'étais content de peu lire, d'en rester avec quelques livres brefs et modestes, que le hasard avait apportés. Peut-être puis-je penser, avec à nouveau le souvenir de mon père, que cette sorte de livre, c'était lui, dans son île là-bas, laissée audehors des cartes. Mais bientôt je lus tout de même la poésie, parce qu'elle aussi laissait pressentir un autre niveau de réalité.

     

    traité_0.jpg

    N. O. - Vous publiez, dans «Traité du pianiste», plusieurs écrits anciens, d'influence surréaliste. Un texte notamment, «le Cœur-Espace», que vous avez écrit en 1945, étonne par sa flamme, sa fulgurance. Vous souvenezvous dans quelles circonstances précises vous l'avez écrit?

    Y. Bonnefoy. - Oui, c'était la fin de la guerre, la découverte de l'étendue du désastre. Il se faisait évident que le discours social à travers les siècles n'avait guère été qu'iflusionnements et mensonges; et d'autre part j'avais appris d'André Breton et de Max Ernst à mettre en question de façon radicale la réalité quotidienne. L'enthousiasme que vous dites, c'est celui de la table rase. Mais la rénovation du rapport à soi ne se fait pas aussi aisément que l'esprit la rêve, et dans ces pages, quant à moi, je vois surtout surgir des conflits, carences, drames qu'il m'avait fallu traverser dans les années antérieures. Une flamme, une fulgurance? Il est vrai que c'est exaltant d'avoir tant à faire, et aussi je venais de découvrir ce que me cachait le surréalisme, qui veut rêver plus que vivre: à savoir qu'il y a dans les mots un rythme qui peut prendre le pas sur les représentations, les bousculer, et faire apparaître du vrai, dans le désordre. Le rythme pour soulever la vague d'images, changer la vie. Le rythme, ce fut cela ma libération, dans ce «Cœur-Espace».

    N. O. - Vous aviez fréquenté les surréalistes. Qu'est-ce qui vous attirait dans ce mouvement? Vous souvenez-vous de vos rencontres avec André Breton?

    Y. Bonnefoy. - Ce qui m'attirait dans le surréalisme, c'était ce mot d'ordre rimbaldien, «changer la vie». Mais proclamer ainsi, c'est s'exposer à critique, et nombre de ceux qui vinrent au surréalisme dans ces années d'après-guerre ne pouvaient pas ne pas voir que les façons de vivre de leurs aînés restaient bien en deçà de cette grande exigence. Du mouvement auquel j'avais fait confiance, je retins la lucidité politique du Breton d'entre les deux guerres, et cet instrument, l'image qui rassemble les mots d'une façon quelquefois si neuve que nos représentations en sont désorganisées, avec émergence du réel profond, indéfait. L'image qui fait tomber les clôtures entre l'inconscient et la conscience, comme c'est tellement nécessaire et pourtant si peu souvent pratiqué aujourd'hui encore.

     

    chaîne.jpg

    N. O. - Vous publiez donc, au Mercure de France, ce recueil de textes anciens. Diriez-vous que votre poésie, avec les années, s'est rapprochée de l'essentiel?

    Y. Bonnefoy. - Qu'est-ce que l'essentiel ? Rester au contact des désirs, des sentiments de l'être qui en nous se sait mortel, une simple étincelle; et, de ce fait, peut reprendre place dans la lumière. Autrement dit se porter en amont du moi, qui ne veut pas de cette sorte de connaissance. Ai-je approché de ce fond que la poésie désigne? Evidemment non. Mais je vois que dans des pages du dernier livre je ne puis m'empêcher de laisser entrer dans ma voix des êtres dont je ne sais rien, hommes et femmes. Et j'ai l'impression de passer au-dessous du plan où le moi opère ses synthèses, et se referme sur soi, c'est-à-dire sur sa chimère.

    N. O. - Vous écrivez, dans «la Longue Chaîne de l'ancre»: «L'écriture de poésie? La terre de sous nos pas mais trempée comme après l'orage, creusée par de grandes roues qui ont passé, se sont éloignées. Terre tout ornières dont de brèves lueurs remontent.» Magnifique définition, ancrée dans la terre à un degré extrême. La poésie, c'est plus terre que ciel?

    Y. Bonnefoy. - Certes! Puisque c'est un emploi des mots et que chaque mot désigne un aspect ou un élément de la terre, notre lieu. Le ciel n'est qu'un aspect de la terre. Il vaut par ces nuages qui sont par leurs grandes couleurs comme une région de la terre dans le ciel. Ou parce qu'il se reflète dans une flaque. Et il est infini mais les feuilles d'un arbre, c'est un infini de même puissance. Si j'étais un croyant, je placerais mes dieux dans l'arbre, ou le ruisseau, ou un essaim d'abeilles, comme les Grecs. Ou dans le peu d'eau d'une flaque qui s'évapore.

    N. O. - Quels sont, parmi les poètes qui n'ont jamais cessé de vous accompagner tout au long de votre vie, ceux pour lesquels vous ressentez une affection particulière?

     

    espace.jpg

    Y. Bonnefoy. - Ce n'est pas là une question à laquelle je puisse répondre en peu de mots. Mais je relève ce mot, affection, car c'est de cela qu'il s'agit. Les poètes qui comptent, c'est d'abord de l'affection que l'on éprouve pour eux. C'est à partir d'un sentiment de cette sorte, irraisonné, que l'on éprouve le besoin de les mieux connaître et qu'alors on peut s'instruire auprès d'eux. Et on va peut-être me dire que ce n'est pas là la bonne façon d'apprécier une œuvre, parce qu'on s'attache plus à ceux qui souffrent ou qui sont faibles qu'aux forts et aux heureux, qui pourtant écrivent aussi. Mais la poésie n'est précisément pas du côté de ceux qui réussissent. La transgression qu'elle se doit d'accomplir des représentations du monde, ces voiles que nous jetons sur lui, cette transgression passe d'abord au travers de la personne du poète, et ce n'est pas sans le déchirer qu'il avoue cela ou qu'il le cache, qu'il cherche ou non le bonheur, qu'il sache ou non tirer parti de ce que le hasard de la vie propose. Qui j'aime, parmi les poètes? Je saisis l'occasion que vous m'offrez pour avancer une fois de plus le nom de Pierre-Albert Jourdan, dont des pages me bouleversent.

     

    Propos recueillis par Didier Jacob

    «La Longue Chaîne de l'ancre», par Yves Bonnefoy, Mercure de France, 170 p., 15 euros. Du même auteur chez le même éditeur, «Traité du pianiste et autres écrits anciens», 200 p., 16,50 euros. Et «le Grand Espace», Galilée, 70 p., 13 euros.

     

     

     

  • Catégories : Blog

    Relisez mes notes sélectionnées par Paperblog

    http://www.paperblog.fr/blog/4060/laura-vanel-coytte-ce-que-jecrisceux-que-jaime/

    Commentez les ici et là-bas, votez pour moi là-bas.

    Il y aussi leurs coups de coeurs avec des poèmes de moi et  d'Elisabeth:

    http://www.paperblog.fr/837982/un-banc/

    http://www.paperblog.fr/748924/l-ennui-du-dimanche/

    http://www.paperblog.fr/673943/les-mots-apres-les-autres/(Elisabeth)

    Cette note a été selectionnée par Lartino:

    http://www.lartino.fr/lauravanelcoytte/relisez-notes-selectionnees-paperblog-pa995.html

  • Catégories : Nerval Gérard de

    Le cadrage du paysage dans le "Voyage en Orient" de Nerval

    Mon travail sur ce thème est bien référencé sur le web:

    http://fr.search.yahoo.com/search?ei=utf-8&fr=slv8-msgr&p=Le%20cadrage%20du%20paysage%20dans%20le%20%22Voyage%20en%20Orient%22%20de%20Nerval%20%3a%20Laura%20...

    C'est très bien pour ce bicentenaire de la naissance de Nerval dont je lis peu d'échos sur le web et dans la presse.

    Par contre, les ventes de mon mémoire sur "Le paysage dans les oeuvres poétiques de Baudelaire et Nerval" ne suivent pas....

    Vous pouvez y remédier en cliquant sur la bannière en haut de ce blog et en commandant ce livre.

    Cette note a été selectionnée par Lartino:

    http://www.lartino.fr/lauravanelcoytte/cadrage-paysage-voyage-orient-nerval-pa999.html

  • Catégories : Nerval Gérard de

    Le cadrage du paysage dans le "Voyage en Orient" de Nerval

    cythere-carte.jpg 

    O. C, II, 240, San Nicolo : « Pendant que nous rasions la côte, avant de nous abriter à San Nicolo, j’avais aperçu un petit monument, vaguement découpé sur l’azur du ciel, et qui, du haut d’un rocher, semblait la statue encore debout de quelque divinité protectrice… Mais en approchant davantage, nous avons distingué clairement l’objet qui signalait cette côte à l’attention des voyageurs. C’était un gibet, un gibet à trois branches, dont une seule était garnie. »

    CADRAGE : « j’avais aperçu », « vaguement découpé sur », « nous avons distingué clairement »

    Paysage vu d’un bateau : « pendant que nous rasions la côte »

    Paysage vu du bas : « du haut de »

     

    Mes recherches sur les paysages dans le "Voyage en Orient" de Nerval en DEA sont dans la continuité de mon mémoire de maîtrise sur "Le paysage dans les oeuvres poétiques de Baudelaire et Nerval" publié maintenant comme mes 2 recueils sur The book edition sous le titre "Des paysages de Baudelaire et Nerval."

     

    http://www.thebookedition.com/des-paysages-de-baudelaire-et-nerval-laura-vanel-coytte-p-1283.html

    Cette note a été selectionnée par Paperblog:

    http://www.paperblog.fr/961445/le-cadrage-du-paysage-dans-le-voyage-en-orient-de-nerval/

     

  • Catégories : Musique

    J'écoute:Etienne Daho,"Paris ailleurs"

    <object width="425" height="344"><param name="movie" value="http://www.youtube.com/v/7r6Mt-zlMGw&hl=fr&fs=1"></param><param name="allowFullScreen" value="true"></param><embed src="http://www.youtube.com/v/7r6Mt-zlMGw&hl=fr&fs=1" type="application/x-shockwave-flash" allowfullscreen="true" width="425" height="344"></embed></object>

    Cette note a été selectionnée par Paperblog:

    http://www.paperblog.fr/990182/j-ecoute-en-ce-momentetienne-dahoparis-ailleurs/

     

  • Catégories : Les polars

    Dans ma lecture du "Sang des innocents" de Martha Grimmes

    grimmes.jpgpage 141:"Mary était de ces êtres dont la seule présence vous détend. Ils sont rares,ces gens avec qui vous pouvez envoyer valser vos chaussures, vous affaler et avoir l'impression de vous enfoncer dans le sol."

    page 158: "un vers d'un poème de Wallace Stevens:"Ce n'aurait été qu'une épaisseur d'air, le discours pantant de l'air..."

    Pour en savoir plus sur ce poète:

    http://mapage.noos.fr/gmurer0001/ws.htm

    p.177:"Les gens meurent-ils toujours avant qu'on ait eu le temps de régler nos comptes avec eux?"

  • Catégories : Nerval Gérard de

    Le cadrage du paysage dans le "Voyage en Orient" de Nerval

    cythere-carte.jpg 

    O. C, II, 242, La colline d’Aplunori : « ne présente que peu de ruines, mais elle a gardé les restes plus rares de la végétation sacrée qui jadis paraît le front sacré des montagnes. »

    244 : « Deux jeunes gens se sont offerts à me conduire aux ruines de l’ancienne ville de Cythère dont l’entassement poudreux s’apercevait le long de la mer entre la colline d’Aplunori et le port de San-Nicolo. »

    245 : « En descendant à travers les rochers poudreux, variés parfois d’oliviers et de vignes, nous avons traversé un ruisseau qui descend vers la mer en formant des cascades, et qui coule parmi des lentisques, des lauriers-roses et des myrtes. »

    CADRAGE : « s’apercevait »

    paysage ambulatoire : « en descendant »

     Mes recherches sur les paysages dans le "Voyage en Orient" de Nerval en DEA sont dans la continuité de mon mémoire de maîtrise sur "Le paysage dans les oeuvres poétiques de Baudelaire et Nerval" publié maintenant comme mes 2 recueils sur The book edition sous le titre "Des paysages de Baudelaire et Nerval."

    http://www.thebookedition.com/des-paysages-de-baudelaire-et-nerval-laura-vanel-coytte-p-1283.html

    Cette note a été selectionnée par Paperblog:

    http://www.paperblog.fr/978789/le-cadrage-du-paysage-dans-le-voyage-en-orient-de-nerval/

     

  • Catégories : Livre

    Dans ma lecture du "Roman nègre" de Dan Franck

    vailland.jpgp.45:"Roger Vailland,prêt à séduire"

    un « libertin au regard froid »,
    un jeune homme seul,
    un militant communiste,
    un passionné du XVIIIe siècle,
    un écrivain exigeant,
    un romantique, un classique, un surréaliste,
    un cynique, un désenchanté,

    tant d’images disparates, contradictoires,
    tant de facettes d’une personnalité à découvrir,
    à travers des témoignages, des fiches thématiques, des lieux de vie et de travail.

    A découvrir ici:

    http://www.roger-vailland.com/

    Cette note a été selectionnée par Paperblog:

    http://www.paperblog.fr/984671/dans-ma-lecture-du-roman-negre-de-dan-franck/

  • Catégories : Nerval Gérard de

    Le cadrage du paysage dans le "Voyage en Orient" de Nerval

    cythere-carte.jpg 

    O. C, II, 248, les trois Vénus : « En quittant ce rocher bizarre, tout percé de salles funèbres, et dont la mer ronge assidûment la base ; nous sommes arrivés à une grotte que les stalactites ont décorée de piliers et de franges merveilleuses ; des bergers y avaient abrité leurs chèvres contre l’ardeur du jour ; mais le soleil commença bientôt à décliner vers l’horizon en jetant sa pourpre au rocher lointain de Cérigotto, […] »

    CADRAGE : « décliner vers l’horizon »

     

    Mes recherches sur les paysages dans le "Voyage en Orient" de Nerval en DEA sont dans la continuité de mon mémoire de maîtrise sur "Le paysage dans les oeuvres poétiques de Baudelaire et Nerval" publié maintenant comme mes 2 recueils sur The book edition sous le titre "Des paysages de Baudelaire et Nerval."

     

    http://www.thebookedition.com/des-paysages-de-baudelaire-et-nerval-laura-vanel-coytte-p-1283.html

    N'oubliez pas que c'est cette année le bicentenaire de la naissance de Nerval!!!....

    Cette note a été selectionnée par Paperblog:

    http://www.paperblog.fr/984670/le-cadrage-du-paysage-dans-le-voyage-en-orient-de-nerval/

     

  • Catégories : Balades, Lyon(Rhône,69:études,travail)

    Journée en amoureux à Lyon

    Tram_lyon_01.jpgAprès ma balade à pied en solitaire d'il y a 15 jours:

    http://www.lauravanel-coytte.com/lyon/

    Nous prenons le tramway(en travaux) de la gare Perrache(tout en travaux) à 2:

    http://www.hautetfort.com/admin/posts/post.php?post_id=1753239&evnt=editPost

    Pour traverser le Rhône vers mon Lyon , ma faculté de DEA, la nouvelle bibliothèque universitaire(fermée en août; je reviendrais) et les quais du Rhône réaménagés que mon mari n'avait pas vus.

    Nous allons plus loin à 2 que moi seule(n'est-ce pas pareil dans la vie?); nous amirons les bâteaux qui font des croisières sur le Rhône, stationnés là avant de repartir vers le Sud.

    bâteau.jpg

     

     

     

     

     

     

    http://www.rhone-croisiere.com/

    Nous regardons un bâteau allemand faire demi-tour pour repartir. Impressionnant! 

    Nous nous arrêtons pour manger un morceau sur la terrasse d'une des péniches amarrées. Il ne fait pas très chaud mais ça ne m'empêche pas de prendre un beau coup de soleil....

    Il fait sec déjà contrairement aux deux jours précédents où nous avons eu des trombes d'eau.

    Lire la suite

  • Catégories : Balades, Des lieux

    Balade du 16 août 2008 à Tournon-sur-Rhône

    Je connais Tournon depuis au moins 6 ans mais j'y ai découvert des choses inconnues cet après-midi. Je pense qu'il en est ainsi de tous les lieux.

    Chateau_tournon-4.jpgVisite du musée-château.

    Les traces du premier château du Xe siècle, situé à l'emplacement d'une ancienne tour de guet de l'époque gallo-romaine, sont encore visibles à droite en entrant dans la cour d'honneur.

    Partant en croisade, Louis IX (Saint Louis) séjourna au château. Ainsi que François Ier et Henri II, en partance pour les guerres d'Italie.

    La partie XIVe siècle a été très remaniée. Au XVIe siècle, de nouveaux corps de logis ont été construits, dont le grand bâtiment Renaissance abritant les collections du musée et la chapelle.

    Le fils ainé de François Ier mourut au château en août 1536, suite au mortel verre d'eau bu après avoir joué au jeu de paume à Lyon.

    On peut voir aussi, dans ce château-musée la reconstitution de la chambre de la malheureuse Hélène de Tournon, jeune et belle, morte d'amour. Ronsard, présent en ce château, alors qu'il était page à l'age de 12 ans, écrivit plus tard l'Ode à Hélène.

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Ch%C3%A2teau_de_Tournon

    Des salles très intéressantes sur Marc Seguin( Le premier pont suspendu d'Europe à câble fut construit entre 1823 et 1825 de Tournon à Tain l'Hermitage par Marc Seguin et ses frères), des poètes et des artistes de Tournon.

    De la terrasse, des points de vue magnifiques sur les environs.

    Puis balade sur le chemin des tours  encerclant la ville qui ont partiellement disparu.

    NB: Mallarmé a enseigné au lycée de la ville.

     

  • Catégories : Balades, La poésie

    Dans ma lecture du "Roman nègre" de Dan Franck

    roman.jpgp.47-48:"Il alluma son baladeur,garda Ferré,échangea le cafard de Verlaine contre la fureur de Rimbaud:

    Seigneur, quand froide est la prairie,
    Quand, dans les hameaux abattus,
    Les longs angélus se sont tus…
    Sur la nature défleurie
    Faites s’abattre des grands cieux
    Les chers corbeaux délicieux,

    Par milliers, sur les champs de France,
    Où dorment des morts d’avant-hier,
    Tournoyez, n’est-ce pas, l’hiver,
    Pour que chaque passant repense !
    Sois donc le crieur du devoir,
    O notre funèbre oiseau noir !

    Mais, saints du ciel, en haut du chêne,
    Mât perdu dans le noir charmé,
    Laissez les fauvettes de mai
    Pour ceux qu’au fond du bois enchaîne,
    Dans l’herbe d’où l’on ne peut fuir,
    La défaite sans avenir. "

     " Les corbeaux " (extraits)

    http://monsite.wanadoo.fr/enfantsdupendule8/page7.html

  • Catégories : Friedrich Caspar David

    Je viens de lire:Laure Beaumont-Maillet: "Friedrich"

    friedrich.jpgoffert par mon mari à la librairie "Baz'art des mots" de Hauterives (cf. note du 10 août 2008) pour ma fête.

    Pour en savoir plus sur ce peintre, cf. mon mémoire présenté ci-dessus et ma note:

    http://www.lauravanel-coytte.com/archive/2006/08/30/melancolie.html

    Image:

    http://www.chapitre.com/CHAPITRE/fr/BOOK/beaumont-maillet-laure/caspar-david-friedrich,1160417.aspx

     

  • Catégories : Nerval Gérard de

    Le cadrage du paysage dans le "Voyage en Orient" de Nerval

    cythere-carte.jpg 

    O. C, II, 241, San Nicolo : « Le port de San Nicolo n’offrait à nos yeux que quelques masures le long d’une baie sablonneuse où coulait un ruisseau et où l’on avait tiré à sec quelques barques de pêcheurs ; d’autres épanouissaient à l’horizon leurs voiles latines sur la ligne sombre que traçait la mer au-delà du cap Spati, dernière pointe de l’île, et du cap Malée qu’on apercevait clairement du côté de la Grèce. »

    CADRAGE : « offrait à nos yeux », « horizon », « ligne », « traçait », « clairement »

    Paysage vu sur l’eau

    Lire la suite

  • Dans ma lecture du "Journal d'Hélène Berr"

    J'ai découvert "Coriolan" (page 49)

    Coriolan est une tragédie de William Shakespeare, créée en 1607.

    Sommaire

             1 La pièce

    La pièce

    Inspirée de la vie de Coriolan, militaire romain rendu légendaire par Plutarque, la pièce se rapproche assez d'Antoine et Cléopâtre. Shakespeare nous relate l'histoire sombre, d'un côté par le drame, de l'autre par la méconnaissance de la vie d'une antiquité au cœur de l'antiquité, il nous dépeint les élévations et les chutes du héros Coriolan.

    Le personnage de Volumnie, la mère de Coriolan, est dressé avec toute la sévérité et tout l'aveuglement de l'honneur, qu'Achille eut démontré dans les fracas du bronze brûlant, et pourtant l'on observe une véritable pleureuse de temples égyptiens, s'agiter et se mouvoir, se déchirer et se recoudre, comme l'odieuse caricature d'une Phèdre ou d'une Monime. C'est ainsi que le grand Aufidius, et pourtant battu toujours par le vaillant Coriolan, et rappelant à ses auditeurs tout le long de ses suppliques, sa haine fanatique envers son ennemi, lui tendra la main en même temps que tous ses pouvoirs, lorsque Coriolan viendra, piteux, lui offrir ou sa tête ou son aide.

    Cette pièce ne manque pas d'idées justes, comme le peuple girouette, ou l'ingratitude humaine, sujet déjà traité dans Titus Andronicus, ou encore la réflexion sur la position de Cominius et de Ménénius, amis de Coriolan, et pourtant restés à Rome alors qu'il partait en exil.

    Bibliographie

    En français

    • Plutarque, Vie de Coriolan, traduction de Jacques Amyot, 1584.
    • Charlotte Coffin, Lætitia Coussement, éds., Lectures d'une œuvre : The Tragedy of Coriolanus de William Shakespeare, Nantes, Éditions du Temps, 2006 (ISBN 2842743636)
    • Agnès Lafont, Frédéric Delord, éds., Coriolan de William Shakespeare - Journée d'Études de l'IRCL, Montpellier, IRCL, 2007.
    Publication en ligne sur le site de l'IRCL: http://www.ircl.cnrs.fr/francais/publicationF/publication2.htm
    • Delphine Lemonnier-Texier, Guillaume Winter, éds., Lectures de Coriolan de William Shakespeare, Presses Universitaires de Rennes, 2006 (ISBN 753503303)
    • Henri Suhamy, Première leçon sur The Tragedy of Coriolanus, Paris, Ellipses (ISBN 9782729830106)

    En anglais

    • B.A. Brockman, ed., Shakespeare's "Coriolanus" (Casebook), Macmillan, 1977
    • Kenneth Burke, « Coriolanus and the Delights of Faction », Hudson Review 19 (1966), p. 185-202
    • Emrys Jones, Scenic form in Shakespeare, Oxford: Clarendon Press, 1971

    Liens externes

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Coriolan_(Shakespeare)

  • Catégories : L'art

    Je viens d'admirer les dessins de "Toulouse-Lautrec au cirque"

    par Edouard Julien dessin toulouse.jpgaux éditions Fernand Hazan dans la collection "Petite encyclopédie de l'art"

    Un de ces dessins ci-contre:

    Au Cirque : cheval et singe dressés, 1899, Craie noire, crayons de couleur et crayon noir sur papier, 43.5 x 25.5 cm

    http://www.toulouselautrec.free.fr/dessins/view.php?num=037.jpg

    qui rentre parfaitement dans ma catégorie:"La représentation des bohémiens dans l'art et la littérature":

    http://www.lauravanel-coytte.com/la_representation_des_bohemiens_art_et_litterature/

     

  • Catégories : Balades, Des lieux

    Balade du mercredi entre découverte enthousiasmante et nostalgie

    sarras.jpgDe Saint-Vallier(Drôme) où nous habitons:

    http://www.lauravanel-coytte.com/archive/2008/05/21/des-nouvelles.html

    direction Le Puy-en-Velay(Haute-Loire) où nous allions souvent quand nous habitions en Loire et Haute-Loire, où j'ai passé un concours (que j'ai raté d'un cheveu)... J'avais envie de revoir cette ville.

    Allez voir ce site et vous comprendrez:

    http://www.ot-lepuyenvelay.fr/images/arc/index3.html

    En passant par Sarras où j'avais vu passer le Dauphiné Libéré:

     http://www.lauravanel-coytte.com/archive/2008/06/10/vu-cet-apres-midi-le-criterium-du-dauphine-libere-a-sarras-0.html

    En passant le Rhône à Saint-Vallier, on arrive en Ardèche, à Sarras:

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Sarras(photo ci-contre)

    Lire la suite

  • Catégories : Nerval Gérard de

    Le cadrage du paysage dans le "Voyage en Orient" de Nerval"

    iles-cyclades.jpg 

    O. C, II, 249, Les Cyclades : «  A deux heures du matin le bruit de la chaîne laissant tomber l’ancre nous éveillait tous, et nous annonçait entre deux rêves que ce jour-là nous foulerions le sol de la Grèce véritable et régénérée. La vaste rade de Syra nous entourait comme un croissant. 

    Je vis ce matin dans un ravissement complet. Je voudrais m’arrêter tout à fait chez ce bon peuple hellène, au milieu de ces îles aux noms sonores, et d’où s’exhale comme un parfum du Jardin des Racines grecques. […]

    250 : « Mais c’est bien le soleil d’Orient et non le pâle soleil du lustre qui éclaire cette jolie ville de Syra, dont le premier aspect produit l’effet d’une décoration impossible. Je marche en pleine couleur locale, unique spectateur d’une scène étrange, où le passé renaît sous l’enveloppe du présent. »

    251 : Syra est une « ville bizarre, bâtie en escalier, et divisée en deux cités, l’une bordant la mer (la neuve), et l’autre (la cité vieille), couronnant la pointe d’une montagne en pain de sucre, qu’il faut gravir aux deux tiers avant d’y arriver. »

    CADRAGE : « nous entourait », « spectateur d’une scène étrange », « couleur locale », « bordant »

    investissement affectif : « ravissement complet »

    théâtre : « décoration impossible »

    pittoresque : « couleur locale »

     

    Mes recherches sur les paysages dans le "Voyage en Orient" de Nerval en DEA sont dans la continuité de mon mémoire de maîtrise sur "Le paysage dans les oeuvres poétiques de Baudelaire et Nerval" publié maintenant comme mes 2 recueils sur The book edition sous le titre "Des paysages de Baudelaire et Nerval."

     

     

    http://www.thebookedition.com/des-paysages-de-baudelaire-et-nerval-laura-vanel-coytte-p-1283.html

     

     

  • Catégories : Des lieux

    Jeudi: une envie de revoir Vienne(Isère)

    Beaucoup d'entre vous ne doivent connaître que par la Nationale 7 ou l'autouroute A7 , la route du Soleil mais j'avais déjà visité avec mes parents et j'y étais retournée avec mon mari quand nous avons (déjà) habité dans la région.

    Vous pouvez faire la visite virtuelle de la Vienne antique ici:

    http://www.culture.gouv.fr/culture/arcnat/vienne/fr/

    et de Saint-Romain en Gal qui se trouve de l'autre côté du Rhône et nous sommes allés en traversant l'un des ponts.

    Lucioles_Face_c_ESO_01-596f8.jpgLe temps était très lourd et nous avons essuyé un bel orage avec de la grêle(ici, dans la Drôme aussi en rentrant). Ca m'a m'a permis de faire le tour d'une jolie librairie "Les Lucioles" où j'ai acheté le livre de Chris-Tian Vidal que j'ai découvert chez Elisabeth:

    carnets d'asie.jpg

    http://boulevarddesresistants.hautetfort.com/list/livres-a-decouvrir/carnet-d-asies.html

    Le blog de Chris est en lien chez elle.

    A part a Vienne Antique, plein d'autres belles choses à voir et à revoir.